REUTERS/Benoit Tessier
Photograph: Benoît Tessier/Reuters

Protestations en France : Qui sont les Gilets jaunes ?

« Nous sommes ici pour protester contre le gouvernement en raison de la hausse des taxes, et pas seulement des taxes sur l’essence, qui n’est que la goutte qui fait déborder le vase. Nous en avons assez. Nous avons des salaires bas et payons trop d’impôts et la combinaison crée de plus en plus de pauvreté. De l’autre côté, il y a des ministres et le président avec leurs salaires fabuleux. Je ne suis pas contre les riches, je veux juste une répartition plus équitable des richesses en France. Aux dernières élections, j’ai laissé le bulletin de vote vierge. Je n’ai confiance dans aucun des partis politiques et je ne vois pas de changement en cours. Il est inacceptable que les gens ne reçoivent pas un salaire décent, qu’à la fin du mois, ils soient dans le rouge et n’aient pas les moyens de manger », dit au Guardian un citoyen français qui a participé à la manifestation historique de samedi 24 novembre sur l’avenue des Champs-Elysées. Sa colère exprime un ras-le-bol généralisé qui touche une large part de la classe moyenne et des classes défavorisées en France, notamment rurales et périurbaines.

C’est de là qu’est né le mouvement des Gilets jaunes, qui fait parler de lui depuis des semaines et qui a commencé à vivement exprimer une colère profonde, incarnée par des manifestations de rue ces derniers jours pour exiger une baisse des taxes et protester contre la hausse du prix du carburant automobile, très consommé par les travailleurs habitant dans les zones périurbaines pour se rendre sur leurs lieux de travail.

Les Gilets jaunes, par la puissance de la contestation spontanée et non partisane qu’ils incarnent, constituent ainsi un symptôme du démantèlement progressif des structures de contre-pouvoir en France, estiment des observateurs, car les revendications mises en avant n’ont pas été prises en charge par les élus locaux et les députés. Alors que les médias et certains hommes politiques en France l’ont parfois dépeint comme un mouvement de mobilisation dominé par l’ultradroite ou l’ultragauche, il compte en réalité dans ses rangs des personnes de toutes les sensibilités politiques, mais aussi de tout âge, de toutes classes et de toutes origines, comme en témoigne ce tweet qui ironise sur les descriptions simplistes qui ont été livrées pour réduire les acteurs mobilisés à des casseurs ou des “fachos”.

Le journal français La Dépêche, en s’appuyant sur un sondage réalisé par l’institut Odoxa, précise toutefois que certaines strates de la population française sont plus concernées que d’autres. “Naturellement, les gilets jaunes se comptent davantage auprès des Français qui utilisent beaucoup leur voiture : 19 % de participants auprès des personnes faisant plus de 50 km par semaine avec leur véhicule ; deux fois moins auprès de ceux qui ne l’utilisent que moins de 50 km par semaine et quatre fois moins auprès de ceux qui n’ont pas de véhicule ou ne l’utilisent jamais. Mais ce que remarque le sondage, c’est que même ces derniers, qui utilisent peu ou pas du tout leurs véhicules sont majoritaires à soutenir le mouvement et devaient être nombreux à s’y joindre. L’étude révèle d’ailleurs que l’usage du véhicule n’est pas le critère le plus discriminant sur la participation au mouvement. Les variables territoriales et sociologiques jouent en fait plus encore sur le sujet.” Ce sont donc les classes périurbaine et populaire, celles qu’on appelle “La France d’en bas”, qui sont logiquement surreprésentées au sein de ce mouvement.

Deux morts et des centaines de blessés, ainsi que d’importants dégâts matériels, ont en outre marqué les protestations. Et des centaines de manifestants ont été arrêtés.

Fracture territoriale et sociale

Aujourd’hui, les élus locaux en France ont appelé l’exécutif à prendre des mesures d’urgence, à « changer de discours », et « reconnaître la souffrance de nos compatriotes ». « Ce serait une très grave erreur de caricaturer leur révolte en un mouvement extrémiste manipulé par l’ultradroite ou l’ultragauche », expliquent-ils dans une tribune parue ce mardi dans l’Opinion, avant le discours tenu plus tard dans la journée par le président Emmanuel Macron.

Evoquant une « fracture territoriale et sociale », les élus appellent l’exécutif à mettre en place « un moratoire sur la hausse des taxes au 1er janvier ». Il faut « prendre le temps de la fiscalité écologique », la réécrire d’une manière qui soit « socialement plus acceptable, plus transparente et mieux ciblée », suggèrent-ils.

Pour eux, le mouvement des Gilets jaunes est l’expression vivante de la fracture territoriale et sociale dans le pays. « Il exprime la colère de nos concitoyens des territoires péri-urbains et ruraux, contraints de se loger toujours plus loin », analysent-ils. « Au plan social, les Régions en appellent à l’Etat » avec entre autres, « la mise en place d’un système d’accompagnement des individus les plus modestes et dépourvus de solutions alternatives de mobilité ».

Les habitants sont « percutés de plein fouet par les variations des prix des carburants, et stigmatisés en tant qu’automobilistes alors que le parc automobile ne représente pas plus de 15 % des émissions de gaz à effet de serre », relèvent les douze présidents de Région, selon qui « les bâtiments représentent 40 % de la consommation énergétique ».

Emmanuel Macron expose son projet pour la transition écologique

Lundi, le chef de l’Etat français a assuré en Conseil des ministres qu’il n’y aurait « pas de renoncement » mais « pas non plus l’aveuglement », après un week-end marqué par de nombreuses manifestations parfois émaillées de violences. Ce mardi 27 novembre, Emmanuel Macron a présenté ses objectifs pour la mise en place de la transition énergétique. « J’ai vu les difficultés pour ceux qui roulent beaucoup et ont du mal à boucler les fins de mois. Ils disent que c’est toujours les mêmes qui font des efforts et ils ont raison », a dit Emmanuel Macron dans son discours de ce matin. Le président n’a pas pour autant renié ses engagements. « Nous devons entendre les protestations d’alarme sociale » mais « sans renoncer à nos responsabilités » car « il y a aussi une alarme environnementale », a-t-il estimé pour montrer qu’il entendait concilier les enjeux climatiques et sociaux. Emmanuel Macron a en outre annoncé que la fiscalité des carburants sera adaptée aux fluctuations des prix afin d’en limiter l’impact pour les Français qui utilisent beaucoup leur voiture. « Je refuse que la transition écologique accentue les inégalités entre territoires et rendent plus difficile encore la situation de nos concitoyens qui habitent en zone rurale ou en zone périurbaine. »

Energies renouvelables et nouvelles formes de déplacement

« Nous devons sortir des énergies fossiles, nous devons passer d’une France où 75 % de l’énergie consommée est d’origine fossile à une production et consommation totalement décarbonnée », a annoncé le président. « Nous concentrons nos efforts sur le développement des énergies renouvelables les plus compétitives, et parce que nous veillons au pouvoir d’achat des Français, nous serons exigeants avec les professionnels sur la baisse des coûts. » « En France, on utilise le pétrole principalement pour se déplacer », il faut donc « construire de nouvelles formes de déplacement », estime le chef de l’Etat qui évoque le co-voiturage et les transports en commun tout en promettant d’autres avancées.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer