carburant libyen

Recrudescence du trafic de carburant libyen

La contrebande de carburant au large des côtes maltaises bat son plein. Un groupe d’observateurs de la situation sociopolitique en Libye a présenté à la fois une lettre et un rapport au Conseil de sécurité des Nations unies, décrivant les activités illégales se déroulant à une vingtaine de kilomètres au large de Malte. C’est ce que rapporte le journal local The Malta Independent, qui précise que le groupe d’experts a documenté six tentatives d’exportation illicite de pétrole brut par la branche Est rivale de la National Oil Corporation (NOC). Ces exportations, tant terrestres que maritimes, « continuent d’être une activité prospère », disent-ils. Le panel d’observateurs a également dit identifier des réseaux impliqués dans ces activités ainsi que leurs modes opératoires.

Le rapport explique notamment que les navires impliqués dans la contrebande de carburant naviguent au sud de Malte vers le golfe de Gabès, au large des côtes tunisiennes. Les navires quittent alors le radar à environ une centaine de kilomètres de la côte tunisienne en éteignant généralement le système d’identification automatique (SIA) et en se dirigeant vers l’est, vers la ville portuaire de Zouara. « Après le chargement, ils retournent généralement à Malte », tandis que certains navires restent à la dérive à au moins 20 kilomètres de la côte, en dehors des eaux territoriales maltaises. Acheminé jusqu’aux abords de Malte à bord de bateaux, le carburant est ensuite déchargé dans des navires battant pavillon de l’archipel maltais. « Les autorités maltaises, peu regardantes, délivrent alors un certificat selon lequel ce gasoil proviendrait d’Arabie Saoudite. Il est par la suite revendu à des compagnies pétrolières italiennes comme Maxcom Petroli. On retrouve ce pétrole de contrebande à Venise et à Civitavecchia , le port de Rome », rapportait aussi, en mai dernier, France Info sur son site Internet en citant les résultats d’une enquête menée par la police italienne.

L’un des pétroliers impliqués dans la contrebande de carburant dans la région aurait quitté Malte en octobre 2017, pour ensuite y retourner un mois plus tard, en novembre, en déconnectant son système SIA, trois jours avant son arrivée aux alentours des eaux territoriales de Malte.

Malgré cela, le rapport explique qu’« un certain nombre de facteurs ont temporairement stoppé la contrebande de carburant ». Parmi eux, « les arrestations en Italie en octobre 2017 de Darren Debono [ancien footballeur maltais reconverti dans le trafic de carburant] et d’autres personnes qui faisaient partie d’un même réseau criminel ». « La contrebande par voie maritime a repris au premier trimestre de 2018, mais les réseaux de contrebande, les modes opératoires et les itinéraires empruntés ont considérablement évolué ».

Parmi les recommandations formulées par le rapport figure l’octroi d’une autorisation à des Etats membres, agissant à l’échelle nationale ou régionale, d’inspecter, en haute mer au large de la Libye, les navires à destination ou en provenance de Libye à propos desquels ils auraient des motifs raisonnables de croire qu’ils exportent de manière illicite du pétrole brut ou des produits de pétrole raffiné, précise aussi le site d’informations maltais.

La NOC, seule entité de production et de vente de pétrole reconnue par la communauté internationale et basée à Tripoli, a demandé des sanctions à l’ONU contre 48 personnes et entités accusées d’avoir tenté de vendre du pétrole illégalement. Dans une lettre envoyée en juin 2018 aux ambassades étrangères et aux Nations unies et à laquelle Reuters a eu accès, son président Mustafa Sanalla, avait évoqué une « poussée » des tentatives des factions orientales de commercialiser le pétrole le mois dernier. « Cette [prétendue] ‘NOC de Benghazi’ », dirigée par Faraj Said, « poursuit une stratégie complexe et combinée, axée sur la déstabilisation de la NOC, y compris par des exportations illicites, des contrats et des blocus, pour finalement prendre le contrôle du pétrole libyen», avait écrit M. Sanalla. Environ 75% de la production pétrolière libyenne provient de l’est du pays, mais les ventes et les recettes pétrolières sont en principe traitées par Tripoli, siège du gouvernement intérimaire soutenu par la communauté internationale.

De son côté, Malte est devenue une plaque tournante incontournable de la contrebande de pétrole libyen. L’an dernier, selon des chiffres rapportés par le quotidien La Repubblica, 4 milliards d’euros de carburant de contrebande auraient été écoulés en Italie, finançant ainsi diverses entités liées au crime organisé opérant dans la Péninsule.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer