six pêcheurs tunisiens

Remise en liberté des six pêcheurs tunisiens arrêtés en Sicile pour avoir secouru des migrants en mer

Les six pêcheurs tunisiens arrêtés puis écroués fin août en Sicile pour avoir mené jusqu’aux eaux italiennes une embarcation de fortune avec des migrants à bord ont été remis samedi en liberté. Soupçonnés d’être des trafiquants venus en aide à des migrants clandestins, ils auront passé plus de trois semaines derrière les barreaux à Agrigente, en Sicile, avant d’être relâchés le 22 septembre.

« On m’accuse de sauver des vies ? Dans ce cas, je suis fier de cette accusation », a réagi Chamseddine Bourassine, capitaine de l’équipage incarcéré et président de l’association des pêcheurs de Zarzis. Populaire en Tunisie pour son engagement en faveur des migrants (il a sauvé de noyade des centaines de migrants), ce Tunisien de 45 ans qualifié de « héros des mers » participe régulièrement aux opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée depuis 2008. Ayant également coordonné l’action contre le navire anti-migrants C-Star, affrété par des militants d’extrême droite, le capitaine est également connu pour avoir offert un enterrement digne aux dépouilles de migrants morts en mer.

Plusieurs amis, voisins et militants locaux ont acclamé Chamseddine et son équipage à leur retour à l’aéroport de Zarzis. « On est tellement contents et soulagés. On était nombreux à l’aéroport pour les accueillir, pour les soutenir. On a même organisé une fête pour leur retour », a raconté à InfoMigrants Chamesddine Marzoug, un autre pêcheur engagé, militant associatif et proche de M. Bourassine.

Enquête judiciaire toujours en cours

A l’issue d’une audience vendredi à Palerme, en Sicile, un tribunal qui a réexaminé le dossier a annulé l’ordonnance de placement en détention des six marins-pêcheurs. Une décision qui n’a toutefois pas mis fin à l’enquête judiciaire, puisque leur bateau, mis sous séquestre le 29 août, demeure saisi par la justice italienne.

Selon les autorités italiennes, le bateau des six hommes remorquant une embarcation de fortune avait été repéré par un avion de Frontex, l’Agence européenne de garde-côtes et garde-frontières. Les marins auraient remorqué puis laissé les migrants à la tombée de la nuit à 24 milles de l’île de Lampedusa pour qu’ils soient pris en charge par les secours locaux. Mais en repartant en direction de la Tunisie, les pêcheurs ont été interceptés.

Leur avocat, Salvatore Cusumano, a expliqué que les six Tunisiens étaient en train de pêcher quand ils ont aperçu l’embarcation en détresse. Ils l’ont alors conduite près des côtes les plus proches, leur équipement vétuste ne leur permettant pas de contacter directement les garde-côtes italiens.

« Tous les pêcheurs de Zarzis ont déjà fait des sauvetages et on continuera de le faire avec courage. On ne peut pas laisser des gens mourir dans la Méditerranée », a martelé Chamesddine Marzoug, bien décidé à poursuivre son action en faveur des migrants. « Si cette situation se représente à moi, je ferai exactement la même chose. C’est normal et c’est humain », a poursuivi, avec la même ferveur, son acolyte Chamseddine Bourassine.

Avec Infomigrants

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer