Ce que révèle le SPSA sur la situation sécuritaire générale en Afrique...

Ce que révèle le SPSA sur la situation sécuritaire générale en Afrique en 2016

0
PARTAGER

L’Etat de Paix et de Sécurité en Afrique (SPSA) est un document d’information préparé annuellement pour le Forum de Tana du haut niveau sur la sécurité en Afrique. Publié pour la première fois en 2014, il fournit une vue d’ensemble succinct et une analyse des conflits les plus marquants. Il offre également une évaluation des efforts de paix et des propositions de solutions conçues pour gérer les défis complexes de la paix et de la sécurité sur le continent.

La quatrième édition de la SPSA a été présentée par le président OlusegunObasanjo lors de la 6ème édition du Forum de Tana, qui s’est tenurécemment à Bahir Dar, en Éthiopie. Le thème du Forum était «Gouvernance des ressources naturelles en Afrique».
D’après le site Reliefweb.int, le rapport a identifié des observations clés concernant les tendances du niveau continental en matière de paix et de sécurité, dont les constats suivants:
Au total, 17 539 événements violents ont été enregistrés en 2016. La Libye, la Somalie, le Soudan du Sud et le Nigéria représentent 33% de ces événements.

Les guerres à grande échelle et les batailles sur terrain ont stagnéou diminué. Par ailleurs,une évolution du rôle des acteurs non étatiques dans les conflits et une augmentation du niveau de violence dont ils sont responsables ont été enregistrées.
Il y a eu 8 050 décès liés aux conflits et 5 988 décès liés à la migration clandestine.

Les nouveaux groupes armés et les milices ont été répertoriés comme faisant partie des facteurs faisant évoluer le paysage de conflits dans le delta du Niger et dans l’Est de la République Démocratique du Congo(La milice de Kamwina Nsapu).
Le nombre d’émeutes et de protestations a connu une augmentation de 20% en Afrique du Sud et de 11,2% en Tunisie.
Les pays ayant les cas les plus signalés de viols et de violencesentre les sexes en 2016 étaient le Soudan, le Soudan du Sud, la RCA et la RDC.

Les mesures visant à contenir les activités des groupes extrémistes violents ont,selon le rapport,atteint leurs objectifs stratégiques et la menace que représentent ces groupes a été pour la plupart réduit ou quasi neutralisée. Par ailleurs,un progrès notable a été enregistré dans l’utilisation des solutions centrées sur l’Afrique (AfSol) dans la gestion des conflits armés et de l’insécurité.

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire