Revenir en Tunisie : renouveau du tourisme tunisien et reconquête du marché...

Revenir en Tunisie : renouveau du tourisme tunisien et reconquête du marché français

0
PARTAGER

Les va-et-vients des voyageurs entre la France et la Tunisie ont toujours été nombreux et depuis de nombreuses années, une histoire commune a souvent rapproché les français de la Tunisie. Les touristes français ont souvent choisi la Tunisie comme destination de vacances, pas seulement pour son littoral et ses stations balnéaires, mais aussi pour un certain charme particulier et une histoire et un patrimoine singuliers. Malheureusement, après les deux attentats sanglants de 2015, le premier au Musée du Bardo, puis celui de Sousse en juin de la même année, ont quelque peu freiné les élans des touristes européens en général, et français également qui ont déserté le pays.
Cependant, depuis quelques mois, il y a une reprise sensible de l’activité touristique, la crise que la Tunisie connaît depuis le soulèvement populaire, mais surtout après les attentats n’est pas complètement surmontée, mais on peut remarquer une amorce de reprise de l’affluence touristique.
En effet, depuis octobre 2016, la destination Tunisie se voit enfin de nouveau choisie par les touristes. En février 2017, la Tunisie a enregistré une augmentation de 33 % sur le marché français (nombre d’entrées sur le territoire) par rapport à la même période en 2016 et ce, après une augmentation de 29,5 % en janvier dernier. Une reprise généralisée puisqu’au niveau de l’ensemble du marché européen, la Tunisie observe la même tendance avec une augmentation de de 20 % environs. Ceci grâce aux efforts conjugués du gouvernement tunisien, de l’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT) et des divers organismes lors des salons du Tourisme. WahidaJaiet, directrice de l’Office national du tourisme tunisien en France explique : « sur une période allant du premier janvier 2017 au 20 février 2017, nous avons enregistré sur la France une hausse de 38 pour cent des réservations. Pour les Européens, cette augmentation est de l’ordre de 20 pour cent », elle se montre cependant encore prudente. « Ces chiffres couvrent une période très courte. Et cette nouvelle croissance ne constitue en aucun cas un réel rattrapage des précédents niveaux de fréquentation touristique dans le pays. En 2014, nous avions enregistré un peu plus de 720 000 touristes français. Ils n’étaient plus que 400 000 en 2016 », rappelle-t-elle.
Fidèle à l’esprit d’amitié et de collaboration qui unit la France et la Tunisie, le groupe interparlementaire France-Tunisie du Sénat, présidé par le Sénateur Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, souhaite “marquer son soutien et apporter sa contribution à un redémarrage en organisant un important colloque de présentation et de promotion du tourisme tunisien. »
Ce colloque aura lieu en présence de Mme Selma ElloumiRekik, Ministre tunisienne du Tourisme et de l’Artisanat et de son homologue français Matthias Fekl, Secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du Tourisme et des Français de l’étranger.Des responsables français et tunisiens du tourisme interviendront aussi, comme M. René-Marc CHIKLI, Président du Syndicat des entreprises du tour operating (SETO), ainsi que l’ambassadeur de France à Tunis Olivier Poivre d’Arvor.
De nombreuses activités sont prévues pour promouvoir l’image « Tunisie », visant à montrer la diversité de l’offre de la destination touristique, à présenter les nouvelles formes de ce tourisme, son adaptation aux nouvelles réalités du marché, etc. Des débats, tables-rondes entre divers composantes du secteur, professionnels français du tourisme, acteurs principaux de la filière en Tunisie, et représentants associatifs auront lieu.
Pour plus d’informations sur le colloque, http://www.senat.fr/evenement/colloque/col_ga_tunisie_revenir.html
La Tunisie entend bien poursuivre le travail entamé depuis plusieurs mois afin de se repositionner sur le marché français, tous les acteurs doivent contribuer à la promotion du tourisme et à faire retrouver la confiance aux touristes dont l’affluence ne baisse pas uniquement pour des raisons sécuritaires: efforts politiques, culturels, et même sur le plan environnemental : le tourisme tunisien doit se refonder, valoriser son patrimoine pour diversifier l’offre touristique et dépasser les difficultés structurelles.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire