Révision de l’accord de libre-échange entre la Tunisie et la Turquie

Révision de l’accord de libre-échange entre la Tunisie et la Turquie

0
PARTAGER

Le Conseil de partenariat tuniso-turc a récemment tenu sa troisième session à Tunis. Les négociations ont abouti à une révision de l’accord de libre-échange signé en 2014 entre les deux pays. Cette révision a pour but d’équilibrer les échanges commerciaux entre Tunis et Ankara en augmentant les exportations tunisiennes.

En effet, selon Aawsat.com, la Tunisie exportera davantage de phosphate vers la Turquie. Le ministre tunisien du Commerce et de l’Industrie, Ziad Ladhari a souligné la nécessité de faire face au déficit commercial de la coopération en prenant des mesures exceptionnelles liées aux exportations. Pour sa part, le ministre turc de l’Economie Nihat Zeybekci a témoigné de la volonté de son pays d’ établir l’égalité des chances en reconsidérant les termes de l’accord.

Samedi dernier, le ministère tunisien du Développement, des Investissements et de la Coopération internationale a annoncé dans un communiqué de presse que le déficit commercial avec la Turquie a atteint les 1 482 MDT. Le ministre turc a alors appelé à augmenter et diversifier les exportations tunisiennes vers son pays.

Aussi, la Turquie a indiqué son ouverture à fournir un soutien économique et financier à la Tunisie et à encourager les entreprises turques à investir dans des domaines variés, en relation avec de grands projets d’infrastructure. De son côté, l’accord devra permettre de protéger les investissements turcs en Tunisie.

Durant la session, il y a eu l’examen d’un certain nombre de mécanismes pour promouvoir la coopération économique, stimuler les exportations tunisiennes et encourager les investissements turcs pour développer l’industrie nationale et créer des emplois.
Concrètement, un certain nombre d’accords ont été signés entre les institutions turques et tunisiennes pour améliorer la concurrence et protéger la propriété intellectuelle.

Notons que certains hommes d’affaires et investisseurs tunisiens avaient exprimé leur mécontentement face à l’excès des marchandises turques à des prix compétitifs, ce qui a entraîné des problèmes de fond, en particulier dans les secteurs du textile et de l’habillement.

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire