migration légale

Salvini en Tunisie : « L’Italie cherche à ouvrir de nouvelles perspectives de migration légale »

Le ministre italien de l’Intérieur et vice-président du Conseil Matteo Salvini, qui a effectué jeudi une visite de travail en Tunisie, a déclaré jeudi que son pays tentait de mettre fin à la migration irrégulière en provenance des côtes tunisiennes et d’ouvrir de nouvelles perspectives de migration légale.

« Le gouvernement italien augmentera les investissements en Tunisie pour éliminer les causes de l’immigration clandestine », a-t-il expliqué. L’Italie veut être le premier partenaire économique de la Tunisie dans un large éventail de domaines, a aussi déclaré Matteo Salvini lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre de l’Intérieur, Hichem Fourati.

L’Italie souhaite développer des voies de migration légale, effectuer de nouveaux investissements et créer des emplois dans le sud de la Tunisie, en particulier. « Le taux de chômage élevé en Tunisie est le moteur de la migration irrégulière », a ainsi souligné M. Salvini. Le leader italien controversé a déclaré qu’il était essentiel de mettre un terme au trafic d’êtres humains. « Une meilleure régulation des migrations apportera une valeur ajoutée aux relations bilatérales », a-t-il souligné, ajoutant que « le cadre établi pour un retour rapide et dans de bonnes conditions des immigrants illégaux dans leur pays sera amélioré ».

Le ministre de l’Intérieur, Hichem Fourati, a déclaré que son entretien avec M. Salvini avait permis de faire émerger une convergence de vues et d’aborder des questions d’intérêt commun, à savoir la lutte contre le terrorisme et la criminalité, ainsi que les perspectives de coopération régionale. Les moyens de donner un cadre à la coordination dans la lutte contre la migration illégale ont également été discutés, de même que les mécanismes permettant de faire face à la traite des êtres humains et aux réseaux de passeurs de migrants, a ajouté M. Fourati.

Les deux responsables ont convenu qu’une approche sécuritaire était insuffisante et qu’une démarche globale et concertée menée sur le long terme et axée sur le développement est nécessaire. Il a ainsi été convenu d’élargir les canaux formels de migration en mettant en place des projets communs dans les « régions exportatrices de migrants » en Tunisie afin de lutter contre le sous-emploi.

Répondant à une question sur les migrants portés disparus en Italie, le ministre de l’Intérieur a déclaré que l’affaire était en examen depuis 2012 en coordination avec les ministères des Affaires étrangères, de la Justice et de l’Intérieur. Des comités ont été mis en place en Italie pour comparer leurs empreintes digitales avec les données fournies par la Tunisie, a-t-on dit sans plus de précisions.

Avec TAP

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer