DIPLOMATIE

SOIXANTE ANS DE DIPLOMATIE MULTILATERALE TUNISIENNE

–Participation aux autres activités du Système de l’ONU dans le cadre du principe de l’élargissement du cercle d’amitiés et la promotion du développement national:

La diplomatie multilatérale tunisienne s’est toujours considérée partie prenante dans toutes les activités du Système des Nations Unies où qu’elles soient. Les activités économiques et sociales ont été particulièrement prisées vu leurs répercussions sur les efforts d’établissement d’un nouvel ordre économique international plus juste à l’égard des pays en développement dont la Tunisie a été et reste un défenseur déterminé. Que ce soit à New York avec le Conseil Economique et Social, la Commission Economique et Financière de l’Assemblée et d’autre organes similaires, ou à Genève avec les travaux du GATT (puis de l’Organisation Mondiale du Commerce), ainsi qu’aux travaux du BIT, de l’OMS et des organismes de défense des droits de l’Homme, notamment, à Washington avec les travaux des institutions financières internationales, ou enfin à Vienne et Rome quand il s’agit des questions de l’industrialisation, de l’utilisation pacifique de l’énergie atomique, de la lutte contre le crime organisé et du développement agricole…, partout la voix de la Tunisie s’est fait entendre apportant toujours une touche de clairvoyance et de modération. C’est la raison pour laquelle la position de la Tunisie au sein du Groupe dit des « 77 »(réunissant les 134 pays en développement dans les organisations internationales) a toujours été éminente ce qui a valu à notre pays l’honneur de le présider à plusieurs reprises.

……………………………….

Ainsi, le multilatéralisme a été pour la Tunisie une partie importante de la diplomatie avant l’indépendance et depuis qu’elle a regagné sa position en tant qu’acteur de la communauté internationale. Certes, certains  changements intervenus dans le monde au cours des dernières décennies et en particulier l’affirmation des principes dits « universels », tels que celui des droits de l’Homme et de la démocratie et qui n’avaient pas trouvé de réponse convaincante au niveau national, ont réduit pour un temps la marge de manœuvre de la diplomatie tunisienne, y compris la diplomatie multilatérale. La révolution tunisienne est venue rétablir l’ordre des choses en donnant à notre pays la possibilité de se réconcilier avec les principes universels sans toutefois jamais s’écarter des constantes de sa politique étrangère qui ont bien servi les intérêts de la Tunisie et son image. Des associations anciennes ( comme l’Association Tunisienne pour les Nations Unies et l’Association des Etudes Internationales) ou de création récente ( comme l’Association Tunisienne des Anciens Ambassadeurs et Consuls Généraux et le Cercle Diplomatique), aident à perpétuer l’attachement du pays aux constantes de sa politique étrangère et à la diplomatie multilatérale. Il importe de ne jamais cesser d’affirmer ces constantes au niveau bilatéral comme au niveau multilatéral, tout en continuant à appuyer le Ministère des Affaires Etrangères en tant qu’instrument professionnel de cette politique ayant fait ses preuves tout au long des six décennies passées.

        Ali    HACHANI

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer