formations politiques
Le président soudanais Omar el-Béchir arrive au palais présidentiel de la capitale Khartoum pour prononcer un discours le 31 décembre 2018, à l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance du pays. (ASHRAF SHAZLY / AFP)

Soudan : plusieurs formations politiques appellent au changement du régime de Omar el-Béchir

Une vingtaine de formations politiques soudanaises ont appelé à un changement de régime afin de remédier, notamment, à l’aggravation de la crise économique qui a déclenché le 19 décembre 2018 des manifestations à travers tout le pays. Elles ont notamment appelé au départ du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 1989.

La situation ne peut changer « qu’en établissant un nouveau régime dans le pays, qui puisse gagner la confiance du peuple soudanais », estiment ces formations dans un communiqué conjoint écrit en anglais et rendu public au cours d’une conférence de presse à Khartoum. Depuis le 19 décembre, les manifestations ont gagné plusieurs villes y compris la capitale Khartoum, après une hausse du prix du pain, passé mi-décembre d’une livre soudanaise (un centime d’euro) à trois, en plein marasme économique.

Le mouvement de contestations s’est vite transformé en un mouvement contre le régime du président Béchir, lequel s’est emparé du pouvoir grâce à un coup d’Etat en 1989. Durant les premiers jours du soulèvement populaire, des bâtiments et des bureaux du Congrès national, le parti au pouvoir, ont été incendiés par les manifestants.

37 morts, selon Amnesty International

Au moins 19 personnes, dont deux membres des forces de sécurité, ont été tuées, selon un bilan officiel. L’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International a fait état de 37 morts. Les forces anti-émeutes ont dispersé les manifestants à coups de gaz lacrymogène notamment, et les services de sécurité ont arrêté plusieurs militants de l’opposition. Le 28 décembre, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres avait appelé les autorités soudanaises à « mener une enquête approfondie sur les morts et la violence » et souligné la nécessité de « garantir la liberté d’expression et de rassemblement pacifique ».

A propos des violences meurtrières qui ont émaillé les manifestations, « le président Omar el-Béchir a ordonné la création d’une commission d’enquête présidée par le ministre de la Justice pour se pencher sur les événements des derniers jours », a indiqué de son côté l’agence officielle Suna, citant un décret présidentiel.

Appels à rétablir la démocratie

Le Soudan est confronté à une grave crise monétaire et une inflation galopante, en dépit de la levée par les Etats-Unis de leur embargo commercial en octobre 2017. Une décision qui ne les a pas empêchés de garder le Soudan sur la liste des pays « soutenant le terrorisme ». Les banques et investisseurs étrangers demeurent ainsi frileux à l’égard de ce pays déchiré par des décennies de conflits et d’instabilité.

Amputé des trois-quarts de ses réserves de pétrole depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, le pays a vu l’inflation s’établir à près de 70 % annuellement, tandis que la livre soudanaise plongeait face au dollar américain. Les pénuries de pain et de carburant touchent plusieurs villes.

Le 1er janvier 2019, 22 formations politiques, y compris certaines proches du gouvernement, ont appelé à l’établissement d’un « nouveau régime. « Le régime de Béchir n’est pas en mesure de surmonter la crise, en raison de son isolement politique, économique, régional et international », indique un communiqué de ces formations. Celles-ci, qui ont pris part à un processus de dialogue national lancé par le président Béchir en 2014 pour tenter de régler les problèmes politiques et économiques du Soudan, ont appelé à la mise en place d’un nouveau « gouvernement de transition […] qui convoquerait des élections pour rétablir la démocratie et les libertés publiques ».

Pour tenter d’apaiser l’atmosphère, de plus en plus instable et imprévisible, le gouverneur de la Banque centrale, Mohamed Khair al-Zubair, a déclaré au cours d’une conférence de presse que la banque chercherait à réduire l’inflation à 27 % en 2019 en augmentant la production de produits de première nécessité, comme le blé, le pétrole et le sucre.

N.B., avec AFP et France Info

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer