Une startup tunisienne crée un logiciel de caisse enregistreuse sécurisé via »le cloud »,...

Une startup tunisienne crée un logiciel de caisse enregistreuse sécurisé via »le cloud », destiné aux marchés local et européen

0
PARTAGER

Fondée en 2013, la statup tunisienne Hadrum SA a créé Ultimium, un tableau de bord de caisse enregistreuse basé sur « le cloud », dont le but est d’organiser toutes les données financières des microfinances.

Alors qu’une caisse enregistreuse coûte entre 3000 et 4000 dt, Hadrum SA offre aux milliers de petits commerces de détails une solution pratique et à prix réduit pour contrôler, gérer et sauvegarder leurs données.

Taher Mestiri, consultant pour la Banque mondiale et spécialiste de l’IT a trouvé la solution. En effet, avec un fond de départ de 610 000 dinars, Hadrum SA a réussi à attirer un investissement de 250 000 de dollars en 2015,en provonance du fonds qatari Intilaq ,pour développer un produit unique et commercialisable : l’Ultimium. Il s’agit d’une application de caisse enregistreuse, permettant le suivi des données personnelles des clients (nom, numéro de téléphone, adresse, etc.), la gestion des ventes, des stocks et des achats des clients comme des fournisseurs et la lutte contre toute tentative de fraude.

En effet, le logiciel est actuellement commercialisé à 1500 dinars dans certains magasins d’informatique sur le marché tunisien sous forme de package (comprenant une tablette, une imprimante et un tiroir-caisse, en plus d’un abonnement d’une année à l’application Ultimium pour deux utilisateurs, propriétaire et caissier par exemple). Il est également possible de seulement s’abonner pour 30dt par mois à l’application, pour les utilisateurs ayant l’équipement nécessaire.

« Le client peut choisir n’importe quels tablette ou smartphone tant qu’ils disposent du système d’exploitation Android. [Ils] peuvent également acheter la tablette s’ils ont déjà l’imprimante par exemple », a déclaré Mestiri.

D’après Wamda.com, l’équipe Hadruma réussi à développer un système de synchronisation du « cloud » pour permettre l’utilisation de l’application qu’elle soit connectée ou déconnectée. « La partie la plus difficile lors de l’élaboration de cette solution était l’application elle-même, car nous devions la faire fonctionner en ligne et hors ligne ». A précisé Mestiri.
Il a ajouté « Avec cette solution, une fraude est presque impossible car le propriétaire de l’entreprise peut voir ce qui a été vendu physiquement et ce qui a été enregistré, presque instantanément ».

Afin de faciliter le paiement, Hadrum a signé une convention avec la poste tunisienne, permettant ainsi aux clients d’utiliser les cartes e-dinars pour l’achat d’Ultimium. Il est également possible d’effectuer les transactions directement via l’application pour les clients utilisant Mobicash dans le cadre d’un système de paiement mobile prépayé.

Actuellement, trois clients utilisent la solution de manière quotidienne. Ils sont Cheesecake Side, un magasin qui vend des cheesecacke faits maison, Icebox, un vendeur de glaces et Oishi, un restaurant asiatique qui fait des livraisons à domicile.
Mohamed Khlass, cofondateur de Cheesecake Side, s’est exprimé à propos du produit : « Depuis que nous avons adopté Ultimium en 2016, nous avons pu avoir un certain suivi des produits que nous avons vendus. L’un de nos grands défis était de fournir à la boutique des gâteaux frais directement de notre atelier, qui n’est pas situé au même endroit que notre magasin. La tablette nous a permis de suivre de près les ventes de chaque produit et de renflouer immédiatement lorsqu’il y a une rupture de stock ».

Hadrum SA a veillé à sécuriser toutes les données via le « cloud » qui sauvegarde, crypte et isole toutes les données sensibles. Dans un premier temps, la startup prometteuse vise la commercialisation de son produit à 500 magasins pour commencer à générer des bénéfices. Pour cela, on cible les grandes entreprises capables de généraliser plus rapidement l’utilisation de la plateforme. La startup négocie actuellement un contrat avec un groupe de renommée spécialisé dans les produits d’hygiène.

A partir de 2018, Hadrum devrait être en mesure de pénétrer le marché européen. C’est un marché potentiel puisque rien qu’en France, les pertes dues à la fraude via les transactions effectuées depuis les caisses classiques est estimées à 3 milliards d’euros par an.
Pour conclure, Aymen Mbarek, chargé des investissements à Intilaq a dévoilé : « Le but est de créer sur le long terme un réseau de caisses enregistreuses connectées car nous voulons que tous les petits magasins ou détaillants puissent les utiliser ».

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire