Success Story : A 20 ans, Yahya Bouhlel lance GoMyCode, première école...

Success Story : A 20 ans, Yahya Bouhlel lance GoMyCode, première école de codage dédiée aux nouveaux talents

0
PARTAGER

Yahya Bouhlel, 20 ans, originaire de Sousse, a réussi à lancer une start-up révolutionnaire en Tunisie, dédiée aux jeunes talents.

En effet, l’idée de base est de créer un cadre différent des écoles classiques pour apprendre à coder, tout en mettant à la disposition des élèves les moyens techniques de le faire. A peine les examens du bac achevés,Bouhlel a lancé sa propre école de formation spécialisée baptisée GoMyCode, dans le quartier des affaires des Berges du Lac.

A son ouverture en août 2016, l’école a réussi à attirer un nombre important d’élèves. Le concept a séduit plus d’un surtout avec l’émergence d’une génération passionnée par les technologies de pointe qui ne trouve pas forcément à l’université les possibilités de développer ses compétences dans le digital.

Aussi, l’école propose des formations de conception et de création de start-up. Certains élèves ont déjà réussi à développer et commercialiser leurs propres applications. GoMyCode, qui se veut incubateur de nouveaux talents, opère en toute conscience du potentiel des jeunes tunisiens et des opportunités dans le vaste monde du numérique.

L’école doit son ouverture à son fondateur, YahyaBouhlel, qui veille lui-même à être présent lors des sessions d’apprentissage. Il explique : « J’ai commencé à coder à l’âge de 14 ans, et à l’âge de 16 ans j’ai fait un stage à la SiliconValley, et j’ai vu qu’il y a des jeunes qui,à l’âge de 14 ans, développent des jeux vidéo, à l’âge de 19 ans font une levée de fonds de deux millions de dollars… Et cet » écosystème » n’existe pas en Tunisie. »

Un an après sa fondation, l’école emploie une quinzaine de personnes et est tout à fait rentable. Elle propose des cours variés, à temps partiel ou à temps plein en plus de sessions d’été. A partir de l’âge de 8 ans, toute personne peut intégrer l’école. »Les étudiants développent de vrais jeux vidéo, de vraies applications mobiles, des sites web… De vrais produits technologiques. » A confié Bouhlel, «C’est contre le système d’éducation traditionnel qui est bloqué, qui ne bouge pas… L’école GoMyCode, c’est l’école d’aujourd’hui.»

Avec l’essor de l’économie numérique, cette école pionnière a adopté un système de formation moderne. D’après Rfi.fr, les professeurs instructeurs accompagnent leurs élèves, les orientent, les encouragent à développer leur logique et leur esprit d’initiative de manière naturelle, loin des méthodes d’enseignement et d’inculcation de coutume. Le jeune Bilel, 19 ans, qui travaille sur la création d’un jeu de cartes en ligne a témoigné : « Si je compare avec, par exemple, un cours, c’est basé sur des règles. Alors que là on a un meilleur point de vue en fait. On voit les choses autrement et ça nous permet d’assimiler plus vite. »

Leila, 19 ans, une autre étudiante dans cette école, qui compte un pourcentage élevé de filles (35%), a confié : « C’était par hasard, j’ai vu l’annonce, donc je me suis dite au lieu de rester à la maison à faire n’importe quoi, pourquoi ne pas apprendre à coder. »
Leila fait partie des filles ayant bénéficié d’une bourse pour une session de 3 semaines. A noter qu’une session d’apprentissage coûte environ 600 dinars et que dans un but de féminiser le secteur, GoMyCode propose des bourses, dont beaucoup sont destinées aux filles.

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire