Idlib

Syrie : les Russes reprennent les bombardements à Idlib

L’offensive des forces syriennes et de leurs alliés iraniens et russes sur la poche d’Idlib est imminente malgré les mises en garde, formulées par l’administration américaine dans la perspective d’une offensive russo-syrienne, contre l’emploi d’armes chimiques et les appels de l’ONU à « éviter un bain de sang ». Quatre avions de l’armée russe ont procédé hier à des frappes visant « des cibles de l’organisation terroriste » de l’ex-Jabhat al-Nosra dans la province rebelle syrienne d’Idlib, a déclaré aujourd’hui le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov. Mais après vingt-deux jours d’interruption, la reprise des bombardements russes visant le dernier grand fief insurgé dans le nord-ouest de la Syrie a provoqué la mort d’au moins treize civils dont six enfants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) cité par AFP.

Le général Konachenkov indique pourtant que les frappes ont pris pour cible « des entrepôts en dehors de zones résidentielles où des drones étaient stockés, ainsi que les zones de lancement de ces drones pour leurs attaques contre la base de Hmeimim et des localités des provinces d’Alep et Hama ». Des raids qui interviennent seulement trois jours avant un sommet tripartite qui doit réunir vendredi à Téhéran les chefs d’Etat iranien, russe et turc, dont les pays parrainent des belligérants dans ce conflit syrien datant de 2011. Les discussions vont logiquement se concentrer sur le sort de la province d’Idlib. « D’autant que le Kremlin, s’il se trouve en position de force, souhaite éviter une crise ouverte avec la Turquie », explique le quotidien français Le Monde, qui évoque un « ton très martial » au vu des propos du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qui a clamé que Damas, avec l’aide russe, « s’apprête à régler le problème du terrorisme » dans la province d’Idlib.

Ex-Front al-Nosra : principal ennemi

Dans la province rebelle d’Idlib, Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-al-Nosra, branche syrienne d’al-Qaïda) est la force armée la plus présente, contrôlant 60% de cette poche frontalière de la Turquie. Par le passé, ce groupe a été présent notamment dans les environs de Damas et dans le sud. « Mais, au fur et à mesure que le régime reprenait le terrain perdu, ses combattants ont été évacués vers Idlib », précise RFI. En plus du groupe HTS se trouvent des militants du parti islamique du Kurdistan, ainsi que d’autres groupuscules liés à al-Qaïda et en conflit avec HTS, a précisé le journaliste et spécialiste du conflit syrien Wassim Nasr à RFI. L’armée turque ou ses milices, qui « veulent contenir les jihadistes » ont également mis en place « une ceinture autour d’Idlib », a-t-il encore indiqué.

Les raids russes ont ainsi principalement ciblé des secteurs du sud et du sud-ouest de la province, selon l’OSDH, qui évoque notamment Ariha, sous contrôle des rebelles, et Jisr Al-Choghour, dominée par le groupe djihadiste HTS. Celui-ci compterait environ 30 000 hommes, d’après l’OSDH. Il englobe des jihadistes « très bien organisés et rompus au combat », affirme l’expert sur la Syrie, Fabrice Balanche, cité par Le Figaro. L’organisation, particulièrement bien implantée dans la région, a par ailleurs réussi à mettre en place une administration civile qui « collecte des droits de douane » à la frontière turque et « récolte des impôts auprès des commerçants », indique aussi Le Figaro.

Entité rivale de l’Etat islamique (EI), HTS a procédé à des raids contre des « cellules dormantes » de l’organisation de Baghdadi. Les deux groupes jihadistes se sont déjà affrontés à plusieurs reprises ailleurs en Syrie, notamment à Raqqa. Autre signe de rivalité mêlée de similitude entre les deux organisations : le chef d’al-Nosra avait fait part en 2014 de son ambition de constituer un « émirat islamique », dans le sillage de la proclamation du « califat » par l’EI.

Une offensive qui laisse augurer du pire

« Ces frappes russes, ainsi que l’afflux de renforts militaires aux abords de cette région adossée à la Turquie, laissent présager une attaque d’envergure sur Idlib et des poches adjacentes sous contrôle rebelle ou jihadiste », indique AFP. La prise d’Idlib, où vivent trois millions de civils dont 800 000 déplacés (rebelles et civils évacués en masse depuis des bastions rebelles reconquis par les forces syriennes à l’issue d’offensives militaires meurtrières), entraînerait un immense afflux de réfugiés vers la frontière avec la Turquie, fermée depuis deux ans. Ankara a d’ailleurs procédé au déploiement de douze postes militaires après l’accord avec la Russie et l’Iran d’octobre 2017 sur l’instauration de « zones de désescalade ».

Le Figaro, dans un article faisant le point sur les enjeux de la bataille à venir, indique que l’offensive pourrait être « encore plus meurtrière que celle de la Ghouta orientale ». Après sa victoire à Alep et dans le sud du pays, le président syrien veut « écraser » Idlib où se sont massés ces dernières années des dizaines de milliers de rebelles et civils évacués.

Selon l’ONU également, une offensive contre la dernière grande province rebelle pourrait pousser jusqu’à 800 000 personnes à être déplacées et provoquer une véritable « catastrophe humanitaire ». L’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a lui affirmé dès le 16 mai 2018 que « si le scénario de la Ghouta se répète à Idlib, il pourrait être six fois pire ». La Ghouta orientale, zone insurgée proche de Damas, a été reprise par l’Etat syrien à l’issue d’une offensive « destructrice qui a tué plus de 1700 civils » début 2018, selon l’OSDH.

Si les Etats-Unis comptent organiser vendredi une réunion du Conseil de sécurité pour examiner la situation à Idlib, comme l’a annoncé mardi l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, l’avenir de cette province « se jouera très certainement bien loin du siège de l’ONU », commente encore Le Figaro. Selon le journal français, c’est le sommet tripartite de ce vendredi qui pourrait déterminer « l’ampleur et le calendrier de l’offensive ».

De son côté, Le Monde indique qu’au-delà de ses « rodomontades », Moscou sait qu’une conquête totale de cette poche sera « longue et difficile », et qu’elle produira un « carnage » et un « exode » à trois semaines de l’ouverture à New York de l’Assemblée générale des Nations unies. Enfin, RFI estime que dans tous les cas, une chute d’Idlib ne signera pas la fin de la guerre. « D’autant que d’autres zones, moins importantes, sont encore tenues par des jihadistes, notamment ceux de l’EI. Aussi des poches très importantes en hydrocarbures tenues par le YGP kurde appuyé par les Etats-Unis. »

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer