Table-ronde sur l’ALECA Allocution de Tahar Sioud président de l’Association Tunisienne des...

Table-ronde sur l’ALECA Allocution de Tahar Sioud président de l’Association Tunisienne des anciens ambassadeurs et consuls généraux à l’ouverture

0
PARTAGER

Monsieur le Secrétaire d’Etat
Monsieur le Président du MDI
Monsieur le Représentant résident de la Fondation Konrad Adenauer (Kas Tunisie)
Messieurs les Ambassadeurs
Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Je voudrais tout d’abord remercier les organisateurs de cette table ronde à savoir le MDI, la KAS et l’ATACG en l’occurrence l’Initiative Méditerranéenne pour le développement, la Fondation Konrad Adenauer Tunisie et l’Association Tunisienne des anciens ambassadeurs et consuls généraux pour cette louable initiative qui s’intègre à mon avis de façon parfaite dans le processus préparatoire des négociations Tunisie/Union Européenne pour l’accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA).
La pertinence du thème de notre réunion « DONNER UN NOUVEL ELAN » réside sans doute dans sa façon d’interpeller dès le départ la réflexion sur le positionnement stratégique des uns et des autres.

Mesdames, Messieurs,
L’opportunité qui m’est offerte de prendre la parole à l’ouverture me conduit à vous proposer, avec modestie et humilité, quelques remarques introductives sur le thème principal suite à l’expérience vécue par un diplomate de carrière plutôt qu’en conclusion à une vision d’un responsable de gouvernement.

Et pour placer le débat dans son contexte, il faut avant de faire de la prospective rappeler certains faits et évènements et aborder ensemble le chemin parcouru dans cette direction.
Je me permettrai d’évoquer en premier lieu l’étape qualitativement récente que nous avons franchie dans nos relations avec l’Union Européenne à savoir « l’accord d’association de 1995 ».
Cet accord faut-il le rappeler, dans sa partie commerciale exprime d’une manière concrète notre intention de faire de notre économie une économie ouverte, capable d’aller à la concurrence internationale.
Certes la Tunisie réalise près de 80 % de ses échanges avec les pays membres de l’Union Européenne. Cette simple donnée, alliée à la décision d’instaurer une zone de libre échange au sens de l’article 24 du GATT illustre d’une manière tangible la volonté de mon pays de libérer son système économique et commercial.

En fait les 3 pays du Maghreb la Tunisie, le Maroc et un peu plus tard l’Algérie se sont engagés, dans le processus d’association avec l’Union Européenne.
Cette libéralisation va être élargie au commerce de services, secteur des plus importants dans les économies modernes et d’un très grand potentiel d’augmentation des échanges entre la Tunisie et les partenaires Européens.
Il s’agit là : d’une volonté réelle d’élimination des restrictions et discriminations qui devrait animer les différents partenaires ce qui signifie, vous en conviendrez que les défis sont d’IMPORTANCE.

Car Force est de constater que si la conclusion des accords d’associations et les résultats avancent plus ou moins rapidement les autres aspects du partenariat tardent à voir le jour.
L’investissement direct étranger clé de voûte du partenariat avec l’Europe a enregistré des résultats forts modestes et sa part par rapport au total des investissements européens réalisés à l’étranger reste négligeable.

Mesdames, Messieurs
Vingt ans après la signature de l’accord d’Association en octobre 2015 le Chef du gouvernement tunisien et Mme la Commissaire Européenne du commerce ont lancé officiellement les négociations de l’ALECA dont le 1er Round a démarré le 18 Avril 2016 à Tunis. Il semble que de part et d’autre la vision reste assez floue –pour ne pas dire que les négociations sont dans l’impasse.

Les attentes tunisiennes en termes de coopération et de partenariat formulés par les responsables tunisiens semblent être déterminantes pour le futur de ces négociations voire même le futur de la relation Tunisie-Union Européenne.
Il est de notre responsabilité à tous que l’Europe et la Tunisie soient solidaires, qu’ils multiplient les initiatives à même de donner une dimension nouvelle aux lieux séculaires entre les 2 entités.

Je suis convaincu que les travaux de ce séminaire sauront enrichir le débat et préconiser les initiatives et actions à même de donner un contenu concret à un développement solidaire soutenu et équilibré entre la Tunisie et l’Europe.

 

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire