Table-Ronde sur l’ALECA Remarques de Tahar Sioud lors du Panel Pour une...

Table-Ronde sur l’ALECA Remarques de Tahar Sioud lors du Panel Pour une approche participative et inclusive

0
PARTAGER

L’Accord de libre-échange complet et approfondi ALECA est-il comme le dit notre ami Ghazi une chance à saisir et un catalyseur de changement. Essayons de voir pour en parler ce qu’il couvre. Bien sûr je dirai presque tous les domaines à savoir le commerce des services, les produits agricoles, transformés ou non, la pêche, l’énergie mais aussi beaucoup d’autres domaines. Mais en plus il y a la liberté de circulation des biens et des services ainsi que la mobilité du capital élément nécessaires et condition nécessaire de l’ALECA. Bien sûr cette condition demeure insuffisante aussi longtemps qu’elle n’est pas étendue aux personnes.

Au total l’approfondissement du partenariat entre la Tunisie et l’UE constitue une orientation stratégique et représente une opportunité pour engager des réformes structurelles inéluctables. Il est également porteur de promesse pour l’avenir à condition que les 2 partenaires en mesurent l’enjeu et les défis pour la Tunisie.

C’est donc une vision stratégique s’appuyant sur les acquis réalisés dans le cadre des relations Tunisie-UE.
En somme l’ALECA qui s’inscrit aussi dans la politique européenne a également pour vocation d’offrir à la Tunisie une visibilité politique et stratégique dans ses relations avec l’Europe et ce par une coopération plus approfondie et plus large.

Aussi il nous faut prendre en considération une approche inclusive et participative qui associe l’ensemble des acteurs institutionnels et les autres forces vives du pays représentées par les acteurs non gouvernementaux.
En outre cette réflexion doit être enrichie par les mêmes acteurs du côté Européen, l’objectif final étant d’esquisser les contours du concept et son contenu et par la même d’asseoir d’une manière durable le principe d’appropriation commune.
Le document conjoint qui tracerait la future feuille de route se traduira certainement en actions et mesures concrètes privilégiant un rythme à la fois équilibré, au niveau des dimensions (Politique, Economique et Social) et différencié pour tenir compte de la capacité d’absorption des 2 partenaires. En somme il s’agira de la définition d’une nouvelle stratégie qui combine les volets régaliens, humains, le volet économique, ainsi qu’une intégration graduelle dans les programmes communautaires.
L’ALECA traduira ainsi une ambition commune d’aller de l’avant, ambition qui sera motivé par le RENDEMENT, la TRANPARENTE, la REGULARITE des STRUCTURES.

En somme il faut réserver les avantages aux pays qui évoluent et c’est en évitant que la situation économique ne se dégrade plus encore dans les pays en mouvement que les avancées politiques pourront être consolidées et prolongées. Ceci impose un plan d’aide massif réunissant tout : aide humanitaire, aide au développement, prêt BEI et BERD, projets d’investissements dans tous les domaines, ouverture commerciale agriculture y comprise. La mise en œuvre doit être proportionnée au degré de modernisation politique des pays bénéficiaires, en évitant toutefois d’imposer une conditionnalité trop stricte.

En fait l’objectif serait de couvrir le spectre le plus large en termes de domaine de coopération.
L’ALECA se positionnera en somme comme une étape intermédiaire voir une transition vers un nouveau lieu contractuel post accord d’association (ADHESION).

Certes l’ALECA nous imposerait des enjeux et une finalité qui serait certainement en conformité avec les évolutions globales dans le monde, et, des pays comme le Notre qui en réclamerait le bénéfice doivent d’ores et déjà savoir qu’il y a un prix à payer.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire