Gardes poignardés, tentatives d’évasion : le danger EI dans le camp syrien d’Al-Hol

Gardes poignardés, tentatives d’évasion, un drapeau noir du groupe Etat islamique hissé par des partisanes… Dans le camp de déplacés d’Al-Hol en Syrie, des femmes et enfants associés ou affiliés aux jihadistes affichent ouvertement leur hostilité aux Kurdes qui les détiennent. « La colère est contenue à grande peine dans ce camp du nord-est, où

900 djihadistes rapatriés de Syrie jugés en Irak

djihadistes
GIUSEPPE CACACE / AFP

Dans une mesure inédite jusqu’à présent, Bagdad est prête à juger toute personne soupçonnée de terrorisme sur son territoire  et ce, en faisant abstraction de sa nationalité. Ainsi, après le jugement de milliers d’Irakiens accusés d’appartenance à l’État islamique (EI), les autorités irakiennes vont prochainement juger près de 900 djihadistes arrêtés récemment par les Forces

Syrie : près de 30 camions évacuent les civils du dernier réduit de l’Etat islamique

civils
Un camion quittant le dernier réduit de l'État islamique avec à son bord des hommes mercredi 20 février. | BULENT KILIC/AFP.

Les derniers civils sont évacués du district de Baghouz, dans l’est du pays. L’AFP rapporte ainsi qu’une file de camions transportant des hommes, mais surtout des femmes et des enfants, a quitté vendredi l’ultime poche du groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans l’est syrien, sous la supervision de combattants anti-jihadistes des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Syrie : l’EI désormais acculé sur un peu plus d’un kilomètre carré, selon les FDS

FDS
Des combattants des Forces démocratiques syrienens (FDS), une coalition arabo-kurde soutenue par la coalition internationale lors de leur offensive contre un dernier réduit du groupe jihadiste Etat islamique dans l'est de la Syrie le 13 février 2019.

Des centaines de jihadistes de l’organisation Etat islamique (EI) sont désormais acculés dans un territoire d’un peu plus d’un kilomètre carré dans l’est de la Syrie, a indiqué à l’AFP un porte-parole d’une alliance arabo-kurde qui poursuit son offensive contre le réduit jihadiste. Le groupe jihadiste déploie des attaques de femmes kamikazes chargées de perpétrer

Détenu en Syrie, un jihadiste canadien se dit livré à lui-même et en appelle aux autorités de son pays

jihadiste
Mohammad Ali, un jihadiste canadien capturé par les Forces démocratiques syriennes (FDS), parle à l'AFP dans un centre de détention à Hassaké, dans le nord-est de la Syrie, le 10 février 2019 / AFP.

Détenu en Syrie par une coalition militaire arabo-kurde, un jihadiste canadien se dit livré à lui-même, à l’instar d’autres étrangers de l’organisation jihadiste Etat islamique (EI), et en appelle aux autorités de son pays pour lui venir en aide. Il y a neuf mois, Mohammad Ali, 28 ans, a été arrêté par la coalition des

Combats entre les FDS et l’EI dans l’est de la Syrie

FDS
Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) et des soldats américains (G) se rassemblent sur le champ pétrolifère d’al-Tanak, près d’Abou Kamal à Deir ez-Zor, le 1er mai 2018. ©AFP

De violents affrontements, opposant des jihadistes de l’Etat islamique (EI) aux FDS (Forces démocratiques syriennes), des forces arabo-kurdes en lutte contre l’EI et soutenues par les Etats-Unis, ont fait dans l’est de la Syrie plusieurs dizaines de morts parmi les civils et les combattants au cours des deux derniers jours, a rapporté l’Observatoire syrien des