L’Autorité palestinienne va refuser toute aide américaine

Autorité palestinienne
Mahmoud Abbas/PHOTO DON EMMERT, AGENCE FRANCE-PRESSE

L’Autorité palestinienne a indiqué qu’elle refuserait à partir de fin janvier les aides que le gouvernement américain continue de lui fournir, afin de ne pas s’exposer à des plaintes aux Etats-Unis pour financement du terrorisme, selon un responsable palestinien cité par l’AFP. Cette décision est motivée par l’adoption aux Etats-Unis en 2018 de l’Anti-Terrorism Clarification

Un ex-ministre israélien coupable d’espionnage pour l’Iran

ministre israélien
Gonen Segev (photo), ancien ministre israélien, a reconnu avoir espionné pour le compte de l'Iran, dans le cadre d'un accord de plaider coupable qui lui vaudra une condamnation à onze années de prison. /Photo prise le 5 juillet 2018/REUTERS/Ronen Zvulun

Un ancien ministre israélien a reconnu avoir exercé des activités d’espionnage pour le compte de la République islamique d’Iran, dans le cadre d’un accord de plaider coupable qui lui vaudra une condamnation à onze années de prison, a annoncé mercredi le ministère de la Justice. Israeli ex-minister, once jailed for smuggling ecstasy, gets 11 years

Syrie : quels scénarios possibles en Syrie après le retrait américain ?

américain
Des blindés américains circulent sur une route de la province de Hassaké, dans le nord de la Syrie, le 21 décembre 2018 ( AFP / Delil SOULEIMAN )

La décision de Donald Trump de retirer 2000 soldats américains stationnés en Syrie va rebattre les cartes dans cette région et avoir des conséquences complexes pour les autres puissances engagées dans cette guerre. Quelles conséquences possibles pour les principaux acteurs engagés dans ce conflit qui perdure depuis 2011 ? La Turquie en première ligne contre

A l’ONU, incertitude autour d’un bras de fer américano-africain

ONU
Le Conseil de sécurité de l’ONU, à New York, en mars 2018. SPENCER PLATT / AFP

Le texte, qui doit être soumis au vote du Conseil de sécurité, porte sur le principe d’un possible cofinancement par l’ONU d’opérations de paix menées en Afrique. Les pays africains du Conseil de sécurité ont annulé mercredi 19 décembre, pour la deuxième fois en dix jours, la convocation d’un vote destiné à définir « le

Palestine: Encore une victoire à l’ONU alors que l’occupation se renforce sur le terrain

occupation
Photo: REUTERS

Trois jours après le veto américain ayant bloqué une résolution au Conseil de Sécurité traitant du statut de Jérusalem, l’Assemblée Générale des Nations Unies vient d’adopter le 6 Décembre 2018 une résolution intitulée “Pour une paix globale juste et durable au Moyen-Orient” par une majorité écrasant de 156 voix, 6 voix contre et 12 abstentions.

Douze crises que l’ONU n’a pas réussi à désamorcer

crises
Le drapeau de l'ONU devant le siège de l'organisation à New York / Nicholas Roberts / AFP/.

L’ONU n’a pas toujours réussi à empêcher l’éclatement des guerres et à s’acquitter de ses fonctions de maintien de la paix au cours de son histoire. Des millions de personnes dans le monde ont été tuées et déplacées depuis la création de l’ONU en 1945. Faisant ce constat, le média turc TRT World est revenu

Le nouveau président brésilien confirme le transfert à Jérusalem de l’ambassade du Brésil en Israël

ambassade du Brésil

Le nouveau président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, a déclaré jeudi 1er novembre qu’il comptait transférer l’ambassade du Brésil en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, une mesure déjà mise en œuvre en mai par le président américain Donald Trump. « Comme nous l’avons déjà annoncé lors de la campagne, nous avons l’intention de transférer l’ambassade du

L’Australie envisage de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem

Australie

Le premier ministre australien Scott Morrison a déclaré mardi qu’il était « ouvert » à des propositions de reconnaissance formelle de Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël, faisant de l’Australie un pays prêt à envisager de transférer son ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem. Une décision qui a provoqué un véritable tollé diplomatique. M.

Les Etats-Unis se retirent d’une partie de la Convention de Vienne

Convention de Vienne

L’administration républicaine de Donald Trump ne semble pas apprécier que certaines de ses mesures diplomatiques soient remises en cause devant les juridictions internationales, notamment concernant l’Iran et la Palestine. Attaqués devant la Cour internationale de justice (CIJ) par l’Autorité palestinienne pour le transfert de leur représentation diplomatique de Tel Aviv à Jérusalem, initiative qui contrevient

Trump évoque pour la première fois une solution à deux Etats entre Israéliens et Palestiniens

deux Etats

Donald Trump semble avoir développé une nouvelle lecture du conflit israélo-palestinien : le président américain s’est illustré par un revirement dans son positionnement, exprimant pour la première fois, mercredi 26 septembre, une préférence pour une solution à deux Etats. Plus : il a également promis de proposer un plan de paix « équilibré » d’ici