“Les pays du Golfe et la Turquie s’affrontent en Afrique”

Golfe
Wael Qubady/AP

Dans un riche article publié sur le site d’analyse français Orient XXI par Gérard Prunier, ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes à Addis-Abeba, membre du Centre d’études des mondes africains de Paris et auteur de plusieurs articles et ouvrages sur le Soudan, l’auteur analyse les enjeux des rivalités entre l’Arabie saoudite, les Emirats

Indice d’ouverture sur les visas en Afrique 2018 : La Tunisie classée en 24e position

Indice d’ouverture sur les visas
Photo credit: BBC World Service | Flickr

Selon le 3e rapport sur l’indice d’ouverture sur les visas de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Commission de l’Union africaine, «La Tunisie a occupé la 24ème place sur une liste de 54 pays africains considérés comme les plus ouverts les uns aux autres en matière de visas». Ainsi, la Tunisie est

Tunisie : les défis socioéconomiques à relever, vus par la presse française

socioéconomique
© AFP / FETHI BELAID

Le journal français Le Point a publié hier un reportage sur le défi que représente l’actuelle situation socioéconomique en Tunisie, ce pays « perçu comme le phare démocratique du Printemps arabe » mais qui se retrouve, sept ans après la révolution qui l’a « libéré politiquement », en « pleines turbulences économiques, sociales et sociétales ».

Une réfugiée malienne refuse un mariage forcé et décide de poursuivre sa scolarité

© HCR/ Helena Pes

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) raconte l’histoire de Fatimata, 12 ans, qui a résisté à un mariage arrangé, y échappant de justesse, pour poursuivre sa scolarité. « Son cas est le reflet d’un vaste problème dans la population de réfugiés maliens établis en Mauritanie », explique l’agence onusienne. En 2017,

Malek El Khadraoui : « Le péril de la presse en Tunisie, c’est la servitude volontaire »

presse en Tunisie
Reuters

La Tunisie a accueilli, du 15 au 17 novembre, les Assises internationales du journalisme, auxquelles ont participé des centaines d’acteurs de médias venant d’une trentaine de pays du bassin méditerranéen, d’Afrique et d’Europe. Malek El Khadraoui, directeur de publication d’Inkyfada, un webzine créé en 2014 avec l’ambition de promouvoir de longues enquêtes sur divers sujets

2e édition du Forum FUTURALLIA TUNISIA 2018

FUTURALLIA TUNISIA

La 22ème édition du Forum FUTURALLIA TUNISIA 2018, se tient pour la première fois dans un pays Africain, elle démarrera aujourd’hui dans la capitale, et ce, jusqu’au 16 novembre 2018. Sous le haut patronage du chef du gouvernement Youssef Chahed, ce forum d’affaires compte une participation remarquable de plus 650 chefs d’entreprises venus de plus

Prix de l’Innovation pour l’Afrique 2018 : Le chercheur tunisien Bellachheb Chahbani, parmi les 10 finalistes

Bellachheb Chahbani

Bellachheb Chahbani, chercheur tunisien et docteur en géomorphologie appliquée, figure parmi les dix nominés au prestigieux Prix de l’Innovation pour l’Afrique (PIA) 2018, organisé chaque année, par la Fondation africaine de l’innovation (AIF)» rapporte une dépêche de l’Agence TAP. Son invention est un “diffuseur enterré” qui permet à l’agriculteur de diminuer la quantité d’eau utilisée dans l’irrigation, de réduire les doses d’engrais grâce à une diffusion plus ciblée et de nourrir la plante d’eau et d’engrais à la racine. Né à Fatou sur l’île de Djerba, Bellachheb Chahbani, est un chercheur tunisien de l’Institut des régions arides de Médenine (IRA). Il obtient au bout de six ans d’études à la Sorbonne, un doctorat de troisième cycle en géomorphologie appliquée. En 1992, il décroche un doctorat en sciences agronomiques de l’Université de Gand (Belgique). Toujours selon la même source : «Ce diffuseur permet d’économiser 70% d’eau supplémentaire par rapport au système d’irrigation au goutte à goutte utilisé pour l’arboriculture, confirme Wassim Chahbani, fils du chercheur qui a présenté l’invention à ce concours». Le thème choisi, cette année, pour ce concours auquel participe plus de 3 000 candidats issus de 52 pays africains, est ” Innovation africaine : investir dans des écosystèmes d’innovation inclusifs “. Wassim Chahbani, entrepreneur social, copropriétaire de Chahtech (société de gestion de l’eau en Tunisie) et titulaire d’un diplôme en Génie électromécanique de l’Université Libre de Tunis (ULT), a indiqué que l’efficacité de l’invention de son père a été déjà testée et confirmée. Le jeune entrepreneur, qui sera présent à la cérémonie de remise des prix, prévue au Rwanda en octobre 2018 et reportée sine die, envisage d’aller plus loin dans le développement de solutions de gestion des ressources en eau d’irrigation. Il regrette, toutefois, que le diffuseur enterré n’ait pas trouvé l’écho qu’il mérite sur le marché tunisien “à cause d’une mentalité qui ne promeut pas le made in Tunisia et ne veut pas prendre le risque de l’investissement dans des solutions novatrices”. S.N

Emerging Valley : Les startups tunisiennes à la rencontre de professionnels Français

Emerging Valley

A l’occasion de l’événement Emerging Valley qui se tiendra les 20 et 21 novembre 2018 à Marseille, une délégation de startups tunisiennes sera présente pour aller à la rencontre des professionnels intéressés par l’innovation africaine et la diaspora. Destinée à regrouper les leaders de l’innovation Africaine, la rencontre Emerging Valley  se veut la 1ère conférence

Forum sur la paix à Paris : un multilatéralisme à géométrie variable pour l’Afrique ?

paix

Le Forum de Paris sur la paix a démarré dimanche 11 novembre pour durer trois jours. Une soixantaine de chefs d’Etat, dont quinze Africains, sont venus inaugurer dans la grande halle de la Villette, dans le nord de la capitale française, cette première édition. Au cœur des discussions : « le multilatéralisme pour un ordre

Les économies africaines fortement tributaires des taxes sur les biens et les services (rapport)

économies africaines

Le continent africain maintient les avancées réalisées depuis 2000 en matière de mobilisation des ressources intérieures, les recettes fiscales étant restées stables en 2016 selon l’édition 2018 des Statistiques des recettes publiques en Afrique, une étude réalisée conjointement par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), le Forum sur l’administration fiscale en Afrique (ATAF)