Syrie : face à une instabilité alarmante, l’envoyé de l’ONU appelle à changer la dynamique

L’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie a souligné jeudi devant le Conseil de sécurité que la violence et l’instabilité dans ce pays étaient alarmantes et qu’il était nécessaire de changer la dynamique. « L’ampleur de la violence et de l’instabilité en Syrie est extrêmement alarmante. Nous avons un nombre de morts sans cesse croissant

Pour le Pentagone, « l’Etat islamique a renforcé ses capacités en Irak et a repris ses activités en Syrie »

Cette « résurgence » de l’organisation jihadiste, selon le Pentagone, a lieu au moment où Washington retire ses troupes de Syrie. Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) est en train de « ressurgir » en Syrie alors même que les Etats-Unis retirent leurs troupes du pays, a alerté, mardi 6 août, un inspecteur général du

Gardes poignardés, tentatives d’évasion : le danger EI dans le camp syrien d’Al-Hol

Gardes poignardés, tentatives d’évasion, un drapeau noir du groupe Etat islamique hissé par des partisanes… Dans le camp de déplacés d’Al-Hol en Syrie, des femmes et enfants associés ou affiliés aux jihadistes affichent ouvertement leur hostilité aux Kurdes qui les détiennent. « La colère est contenue à grande peine dans ce camp du nord-est, où

Pour les anciens soldats américains, les guerres au Moyen-Orient « n’en valaient pas le coup »

anciens soldats
PHOTO DUSAN VRANIC

Une majorité d’anciens soldats américains estiment que la guerre en Afghanistan, qui dure depuis près de 18 ans, « ne valait pas le coup d’être menée » et 64 % tirent les mêmes conclusions sur la guerre en Irak, selon un sondage publié mercredi par le Pew Research Center. Une majorité d'anciens soldats américains estiment

La Tunisie rechigne à rapatrier « ses » jihadistes détenus en Syrie

enfants de jihadistes
Delil Souleiman, AFP

Depuis la chute du « califat » autoproclamé de l’Etat islamique, en mars, la communauté internationale a été divisée sur la question du sort réservé aux familles de jihadistes étrangers capturés ou tués en Syrie et en Irak. Quelque 12 000 étrangers originaires de 40 pays – 4000 femmes et 8000 enfants – sont actuellement

Tunisie : la politique de gestion du retour des jihadistes est « centrée sur la répression » (Rapport)

jihadistes

Une nouvelle étude réalisée par Egmont Institute explore la manière dont la Tunisie, le Maroc et l’Egypte traitent le retour de centaines de rapatriés de zones de combat du jihad et quel effet cela pourrait-il avoir sur l’Union européenne. Pour ce centre de réflexion, la Tunisie présente une politique de gestion carcérale et de réintégration

900 djihadistes rapatriés de Syrie jugés en Irak

djihadistes
GIUSEPPE CACACE / AFP

Dans une mesure inédite jusqu’à présent, Bagdad est prête à juger toute personne soupçonnée de terrorisme sur son territoire  et ce, en faisant abstraction de sa nationalité. Ainsi, après le jugement de milliers d’Irakiens accusés d’appartenance à l’État islamique (EI), les autorités irakiennes vont prochainement juger près de 900 djihadistes arrêtés récemment par les Forces

Interrogatoire d’un combattant de l’Etat islamique Tunisien en Syrie (vidéo)

Interrogatoire
Youtube.com/ VICE

Les Forces démocratiques syriennes (SDF) ont pris le dernier bastion de l‘Etat islamique le 23 mars 2019, marquant la fin du califat quinquennal. De nombreux et différents groupes armés ont été impliqués dans sa chute. Parmi eux, se trouvait l’Unité de défense du peuple (YPG) de la milice anti-djihadiste kurde. Dans une vidéo diffusée par

EDITORIAL : Sommet arabe de Tunis, succès de l’organisation, interrogations quant au déroulement et le contenu.

Sommet arabe de Tunis

Le rideau est tombé sur le Sommet Arabe de Tunis après avoir longtemps tenu en haleine l’opinion publique et les responsables tunisiens et arabes et une partie des observateurs étrangers. Les spéculations étaient nombreuses avant l’événement sur son importance et les analyses « à chaud »de ses résultats ont été contrastées. Cet espace n’a pas

Golan : Les Etats-Unis isolés à l’ONU

Golan
Louai Beshara, AFP

Les Etats-Unis se sont retrouvés isolés mercredi pour défendre la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan lors d’une réunion du Conseil de sécurité. La décision de Donald Trump de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Golan a été unanimement condamnée par les 14 partenaires des Etats-Unis à l’ONU lors de cette réunion convoquée urgemment