Au Yémen, combats meurtriers à Hodeïda, plus grand port du pays

combats

Des combats particulièrement violents font rage ce lundi 12 novembre dans la ville portuaire d’Hodeïda où au moins 111 rebelles, 32 loyalistes et 7 civils ont été tués en vingt-quatre heures dans les combats pour le contrôle de cette ville portuaire de l’ouest du Yémen, ont rapporté lundi à l’AFP des sources militaires et médicales.

Les pourparlers de paix au Yémen ajournés par les Nations Unies

pourparlers de paix

Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, a déclaré lors d’une conférence de presse que l’Organisation des Nations Unies a reporté, jeudi, les pourparlers de paix sur le Yémen, initialement prévus fin novembre, formulant son espoir de les tenir avant la fin de l’année. « L’émissaire de l’ONU au Yémen, Martin Griffiths, a abandonné

Yémen : les enfants de l’hôpital de Hodeïda menacés par une mort imminente (Unicef)

Hodeïda

Les violents combats qui font rage dans la ville portuaire yéménite de Hodeïda se rapprochent maintenant dangereusement de l’hôpital Al Thawra, mettant ainsi en danger la vie de 59 enfants, dont 25 qui se trouvent au sein de l’unité de soins intensifs, a prévenu l’Unicef ce mardi 6 novembre. https://twitter.com/ONUinfo/status/1060197387157807104 « Le personnel médical et

Droits de l’Homme : l’Arabie saoudite, objet d’un examen à l’ONU

Droits de l'Homme

Les membres de l’ONU procèdent lundi à Genève à l’examen de la situation des droits de l’Homme en Arabie saoudite, alors que le royaume sunnite est empêtré dans les remous de l’affaire du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Assassinat du journaliste Khashoggi: des "nettoyeurs" saoudiens envoyés à Istanbul pour effacer les preuves https://t.co/k7ZKZzqOcD #AFP

Danger d’une famine « grande et imminente » au Yémen, selon l’ONU

famine

Le Yémen fait face à « un danger clair et présent d’une famine imminente et géante », a alerté mardi le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires, Mark Lowcock, devant le Conseil de sécurité lors d’une réunion convoquée par le Royaume-Uni sur la dégradation de la situation humanitaire dans le pays.

Solliciter Ibn Khaldoun pour comprendre la défaillance de l’Arabie saoudite ?

Ibn Khaldoun

On rapporte de plus en plus que Mohammed Ben Salmane, le prince héritier hyperactif de l’Arabie saoudite, est en train de voir son emprise diminuer. Son programme de réforme économique est au point mort depuis que son père, le roi Salmane, a fait échouer le plan de privatisation partielle de la société d’Etat Aramco. La

Yémen : une mission d’enquête de l’ONU, présidée par le Tunisien Kamel Jendoubi, évoque des « crimes de guerre »

Kamel Jendoubi

Désigné le 5 décembre 2017 par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme à la tête d’un groupe d’experts internationaux et régionaux pour enquêter sur les violations des droits de l’homme au Yémen, le militant tunisien des droits de l’homme Kamel Jendoubi et des observateurs de la mission onusienne ont livré des conclusions

L’Unicef dénonce l’impact meurtrier des conflits au Yémen et en Syrie sur les enfants

Unicef

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) a une nouvelle fois dénoncé lundi 13 août l’impact meurtrier des conflits au Yémen et en Syrie sur les enfants. « La cruauté contre les enfants continue. Est-ce que quelqu’un s’en soucie ? », s’interroge le directeur régional de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord,

L’Etat islamique compte encore 30 000 combattants en Syrie et en Irak, selon un rapport de l’ONU

Etat islamique

Un rapport publié le 13 août par des experts des Nations unies estime à 30 000 le nombre de combattants affiliés à l’Etat islamique (EI) encore actifs en Syrie et en Irak. Ces derniers seraient répartis à part égale entre ces deux pays dont plusieurs villes ont constitué pour le « Califat » des fiefs

Opinion : La diplomatie tunisienne face à ses échéances*

diplomatie tunisienne

Par Ali Hachani, ancien Ambassadeur Au milieu du tumulte de la vie politique en Tunisie en cette fin de mandat législatif et présidentiel, la diplomatie tunisienne essaie de garder le cap et d’éviter de se laisser entrainer dans les querelles politiques en ayant en vue les intérêts supérieurs du pays et sa place dans le