Technologie et relations internationales : vecteur de domination ou de coopération ?

Technologie et relations internationales : vecteur de domination ou de coopération ?

0
PARTAGER

La technologie est assez souvent considérée comme neutre et amorale, en raison de la rationalité scientifique qu’elle est censée incarner, de son universalité supposée et de sa soumission, sauf exceptions, aux règles du marché. Le programme de développement durable 2030 adopté par la dernière assemblée générale des Nations Unies appelle à « accroitre nettement l’accès aux technologies de l’information et de communication», et à favoriser l’accès des PMA à Internet à un « coût abordable » d’ici 2020.

 

La prochaine réunion annuelle de Davos, prévue du 20 au 23 janvier, aura comme thème central « la maitrise de la 4ème révolution industrielle », fruit notamment de l’interconnexion au sein de l’entreprise et entre celle-ci et son environnement (fournisseurs, clients, partenaires..).

 

Quelques semaines avant la célébration de la « digital factory », à Davos, Donald Trump -candidat à l’investiture républicaine aux prochaines élections présidentielles américaines- a demandé d’envisager la fermeture d’Internet à certaines régions du monde. Il avait auparavant appelé à « l’arrêt total et complet de l’entrée » des musulmans aux Etats Unis.

 

La neutralité de la technologie et dans le cas d’espèce d’Internet, serait-elle donc un leurre? La gestion collective et internationale d’Internet avait été proposée par le passé, notamment au cours de la tenue du SMSI à Tunis, mais sans suite, en raison de l’opposition des E.U. de se dessaisir de son monopole en la matière.

 

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire