Témoignage concernant l’Ambassadeur Abdelaziz Hamzaoui. Exigence et sens de l’Etat.

Témoignage concernant l’Ambassadeur Abdelaziz Hamzaoui. Exigence et sens de l’Etat.

1
PARTAGER

La nomination de Si Abdelaziz Hamzaoui comme Secrétaire Général du Ministère des Affaires Etrangères fut accueillie avec un sentiment diffus de considération mêlé d’une certaine appréhension. Cette nomination était précédée par la réputation de Si Abdelaziz de sérieux, d’exigence et de rigueur. Exigeant si Abdelaziz l’était d’abord envers lui-même. Il l’a payé plus tard de sa personne et de sa santé.
Exigeant il l’était aussi avec ses proches et ses connaissances. A un visiteur à notre Ambassade à Bruxelles, où j’étais « second », qui sollicitait un traitement de faveur en faisant prévaloir sa connaissance personnelle de l’Ambassadeur, il lui répondit que pour lui « ici il n’y a de passe-droit ni pour ma famille ni pour mes connaissances ».
Premier tunisien à recevoir un doctorat (Ph.D) des prestigieuses « Fletcher School of Law and Diplomacy » et « Harvard Business School » l’Ambassadeur Hamzaoui avait exercé, avant sa désignation à Bruxelles, les fonctions de Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères et d’Ambassadeur au Canada, en Iran et au Pakistan.

Deux événements significatifs pourraient, entre autres, témoigner du sens de l’Etat qui habitait l’Ambassadeur Hamzaoui :

Défense du dossier de l’huile d’olive:

A l’occasion de la tenue à Bruxelles, au niveau ministériel, du Conseil de la Coopération, l’Ambassadeur Hamzaoui avait approché la Ministre des Affaires Etrangères, côté européen, et sa condisciple à Harvard pour la sensibiliser au sujet de la demande tunisienne d’augmentation de notre quota d’exportation d’huile d’olive au marché européen.

Commentaire

Laisser un Commentaire