Terrorisme, changement climatique et sécurité mondiale

Terrorisme, changement climatique et sécurité mondiale

0
PARTAGER

Au lendemain de l’attaque terroriste de Paris, le Ministre français des Affaires Etrangères déclarait que le terrorisme et le changement climatique constituent les défis les plus graves auxquels est confrontée actuellement l’Humanité.
A priori, les liens entre changement climatique et terrorisme sont peu perceptibles. Face au caractère abstrait, scientifique et lointain du changement climatique le terrorisme marque les esprits par son imprévisibilité, son ampleur et la large couverture médiatique qu’il suscite, en dépit de la sélectivité des réactions que provoquent les attentats selon leurs lieux et leurs victimes.
1. Le terrorisme sans nom.
En dépit -ou à cause- de la multiplicité des résolutions, des conventions et des organes dédiés à la lutte contre ce phénomène, l’ONU n’a pu à ce jour définir le terrorisme, même si la gravité de l’impact du fléau fut soulignée, à différentes occasions, en particulier la résolution 1737 du Conseil de Sécurité qui fait référence au chapitre VII de la Charte des Nations Unies.
Cette difficulté provient du rôle ambigu de certains Etats, à la fois pompiers et pyromanes, et l’amalgame entretenu entre terrorisme et lutte contre l’occupation. La résolution n° 2249 du Conseil de Sécurité, à la suite des attentats de Paris, invite à « prendre toutes les mesures nécessaires » pour y faire face mais sans autoriser, ni décider les actions correspondantes s’agissant de mesures à l’encontre d’acteurs non étatiques.
La dernière résolution du Conseil de Sécurité concerne l’assèchement des sources de financement de Daech. Le plus important serait cependant de viser l’assèchement des sources politiciennes et prétendument religieuses des groupuscules terroristes. Comme l’indique l’acte constitutif de l’UNESCO les guerres naissent d’abord dans les « esprits des Hommes ».
Il est difficile d’analyser les causes des attentats terroristes condamnables, quels qu’en soient les motifs, mais difficilement explicables. La pauvreté, la religiosité et le profil psychologique des auteurs varient selon les cas : Des études menées en France indiquent que la majorité des auteurs français de ces attentats sont des jeunes issus de familles de classes moyennes athées ou non pratiquantes.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire