Breonna Taylor. Photo : AFP

Tollé aux Etats-Unis suite au meurtre d’une ambulancière noire

Âgée de 26 ans, Breonna Taylor a été abattue par huit balles lors d’une perquisition erronée dans son appartement de Louisville, dans le Kentucky, alors qu’elle dormait aux côtés de son compagnon.

Elle dormait avec son compagnon, Kenneth Walker, dans un appartement de Louisville, lorsque, le 13 mars, des policiers de cette ville ont enfoncé sa porte sans les prévenir. Les officiers, détenant un mandat de perquisition, agissaient dans le cadre d’un avis de recherche erroné concernant un suspect qui n’habitait plus l’immeuble et qui était déjà détenu. Ils ont atteint la jeune femme d’au moins huit balles, selon son avocat. Le compagnon de Breonna Taylor, qui n’a aucun antécédent judiciaire, a immédiatement réagi pour se défendre, considérant les policiers comme des intrus, en tirant un coup de feu qui a touché un officier à la jambe. L’agent a été opéré peu de temps après et s’est rétabli, indique National Public Radio.

« Préjugés raciaux systémiques »

L’homicide en pleine nuit de cette ambulancière noire dans son propre lieu d’habitation par des policiers a suscité un véritable tollé mercredi aux Etats-Unis : responsables politiques, associations et internautes américains ont pointé une nouvelle manifestation de la violence raciale aux Etats-Unis. Parmi eux, Jon Cooper, ancien président de la Coalition Démocratique, qui appelle, en relayant la demande du gouverneur du Kentucky Andy Beshear, à une enquête sur ce meurtre. Ou encore Barbara Lee, membre du Parti démocrate et élue de la Californie à la Chambre des représentants, qui a dit être « dévastée » par ce « meurtre insensé ». « Nous devons lutter contre les préjugés raciaux systémiques et endémiques dans nos institutions. Nous devons exiger le changement et la justice ! », a-t-elle ajouté dans un tweet publié aujourd’hui.

Cette affaire, qui n’a pas été abondamment commentée au moment où elle est survenue, a ressurgi cette semaine suite aux apparitions médiatiques de Ben Crump, avocat des droits civils connu pour défendre des victimes noires de bavures policières qui ont de fortes implications sur les droits civils. Parmi eux, Trayvon Martin, un Afro-Américain de 17 ans qui, le 26 février 2012, a été tué par George Zimmerman. M. Crump y a représenté la famille de Martin.

« Lynchage »

Il a déposé une plainte au nom de la famille de Breonna Taylor, exigeant des « réponses » de la part de la police de Louisville. Ben Crump, qui a qualifié de « lynchages » les nombreuses fusillades qui ont visé des Afro-Américains, a en effet confirmé mardi qu’il avait été retenu par la famille de Breonna Taylor, 26 ans. Celle-ci « mérite d’avoir des réponses », a-t-il affirmé, assurant qu’il rechercherait des preuves clés pour déterminer comment elle a fini par être abattue au moins huit fois dans sa propre maison le 13 mars, précise Daily News.

« Les services de police n’ont fourni aucune réponse concernant les faits et les circonstances de cette tragédie, ni assumé la responsabilité de ce meurtre insensé », a dénoncé Ben Crump, qui a souligné que la jeune femme n’avait aucun antécédent judiciaire.

Les avocats de la famille de Breonna Taylor qualifient sa mort par balle par la police de Louisville d' »exécution ». Comme pour les autres victimes de fusillades noires, dont Trayvon Martin et, plus récemment, Ahmaud Arbery, l’affaire du meurtre de Mme Taylor risque de susciter bien des remous sociaux aux Etats-Unis, où la persistance du problème du racisme est de nouveau mise en lumière.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer