accord commercial

Toujours pas d’accord commercial entre les Etats-Unis et le Canada

Les négociations commerciales entre le Canada et les Etats-Unis se sont achevées sans accord vendredi et avec « une note amère », note Euronews. Elles se sont interrompues pour quelques jours et doivent reprendre mercredi à Washington. Les deux pays poursuivront donc leurs pourparlers pour tenter de parvenir à un accord en vue de réviser l’ALENA, l’Accord de libre-échange nord-américain. Dans un climat assez tendu, puisque le président américain Donald Trump a soutenu dans plusieurs déclarations qu’il réussira à imposer ses conditions. Des assertions démenties par Ottawa. « Nous voulons un bon accord, pas un accord à tout prix », a ainsi assuré la ministre des Affaires étrangères canadienne, Chrystia Freeland. « Et nous n’accepterons qu’un accord qui soit bon pour le Canada. Nous n’en sommes pas encore là. »

Les pourparlers semblaient avancer dans la bonne voie depuis plusieurs jours, jusqu’à ce que le président américain durcisse le ton, en visant notamment le mécanisme de protection du secteur laitier canadien. « J’aime le Canada, a ainsi déclaré Donald Trump. Mais il a profité de notre pays pendant de nombreuses années. Il a d’énormes barrières commerciales et des tarifs douaniers énormes. Sur les produits laitiers […] les droits atteignent 300 %, et personne n’en parle. »

Le Canada compte lui maintenir le contrôle de la production laitière, qui repose depuis les années 1970 sur des quotas, et permet d’assurer une stabilité de revenus pour les agriculteurs. Un système que l’administration américaine souhaite réviser. Lundi dernier, Washington est parvenu à un accord avec le Mexique, l’autre partenaire de ce texte tripartite signé il y a 24 ans.

« Nous allons tous nous montrer flexibles »

De son côté, lors d’une conférence de presse, Chrystia Freeland a fait mine d’ignorer les remarques jugées désobligeantes du président américain, expliquant que son interlocuteur n’était pas le locataire de la Maison Blanche mais le très « professionnel » représentant au Commerce Robert Lighthizer. « L’ambassadeur Lighthizer et son équipe sont des professionnels très expérimentés et ils ont fait preuve d’une absolue bonne foi et d’une bonne volonté autour de la table des négociations. Et comme je l’ai aussi dit, nous allons tous nous montrer flexibles pour finalement parvenir à un accord », a-t-elle déclaré.

La presse canadienne se montre de son côté plus inquiète. « On ne doit pas se tromper : Donald Trump a vraiment déclaré une guerre – commerciale, mais une guerre tout de même – au Canada. Un plan tout à fait calculé, très logique de son point de vue, et qui s’explique quand on essaie de comprendre ses objectifs », a dénoncé ce matin Radio-Canada. Ces objectifs seraient à la fois politiques et commerciaux, lit-on sur le site de cette radio. Politiques d’abord : si M. Trump cible précisément l’industrie laitière et celle de l’automobile, c’est qu’elles sont cruciales pour son éventuelle réélection en 2020, estime le média canadien. S’il veut gagner les élections en 2020, et puisque son taux d’approbation ne dépasse guère les 40 %, il lui faudra donc bien cibler les Etats dont il peut remporter les voix. Depuis longtemps, rappelle Radio-Canada, l’industrie laitière américaine dénonce les politiques protectionnistes du Canada qui interdisent aux produits américains l’accès au marché canadien. M. Trump est ainsi « plus qu’heureux » de se présenter comme « leur champion », surtout si cela rapporte des voix en provenance de Pennsylvanie et du Wisconsin, deux des principaux Etats producteurs de lait, lors de la prochaine présidentielle.

Mais pourquoi choisir de déclarer la guerre au Canada davantage qu’aux autres pays ? « On aurait pu croire que les Etats-Unis avaient bien plus de sources d’irritation commerciales avec le Mexique ou avec la Chine. Mais selon des conseillers de M. Trump cités par le Washington Post, le Canada sert à démontrer qu’il va se montrer dur dans ses négociations avec tous les pays et que personne ne doit s’attendre à des concessions de sa part. S’il est prêt à déclarer la guerre au Canada, son voisin, son principal partenaire commercial et son allié de toujours, et à l’exclure d’un accord commercial nord-américain, les Chinois, les Coréens ou l’Union européenne ne doivent pas s’attendre à un traitement de faveur » de sa part, analyse Radio-Canada.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer