Italie

Tour de vis sécuritaire en Italie : le gouvernement adopte un décret anti-migrants

Tour de vis sécuritaire en Italie, où un décret-loi prôné par le ministre de l’Intérieur de droite Matteo Salvini et comprenant plusieurs mesures drastiques dans le domaine de la sécurité et de la politique migratoire a été adopté ce lundi par le Conseil des ministres italien.

« C’est un pas en avant pour rendre l’Italie plus sûre. Pour combattre avec plus de force les mafieux et les passeurs, pour réduire les coûts d’une immigration exagérée, pour expulser plus rapidement les délinquants et les faux demandeurs d’asile, pour révoquer la citoyenneté aux terroristes, pour donner plus de pouvoirs aux forces de l’ordre », s’est félicité sur Facebook M. Salvini, qui a pris ses fonctions de ministre de l’Intérieur et de vice-président du Conseil des ministres le 2 juin dernier.

Le texte, qui doit entrer en vigueur dès sa signature par le président Sergio Mattarella, devra aussi être validé dans un délai de 60 jours par le Parlement. Au sein de ce dernier, le mouvement des 5 étoiles, allié gouvernemental de la Ligue du Nord de Salvini, en conteste les dispositions les plus brutales et est déterminé à l’amender.

Pistolets électriques et réorganisation des centres d’accueil

Le texte rend exceptionnels les permis de séjour accordés pour des motifs humanitaires (que 25% des demandeurs d’asile en Italie obtenaient ces dernières années) et prévoit la suspension de la demande d’asile si le demandeur se montre « dangereux » ou fait l’objet d’une condamnation en première instance.

Le Figaro note que le pays devra toutefois se conformer au droit international, qui prévoit un éventail plus large de motifs d’accueil, parmi lesquels la fuite devant un conflit armé. En plus de suspendre l’examen des demandes d’asile, le texte prévoit l’expulsion immédiate des migrants commettant certains délits en Italie : vol, viol, cambriolage, violence, mutilation d’organes génitaux ou encore outrage à agent de la force publique.

Autre mesure particulièrement sévère : la suppression des « Sprar », ces centres « de protection des demandeurs d’asile et des réfugiés » qui constituent des structures publiques mises à la disposition de plus de 400 mairies. « C’est l’unique système public d’accueil qui fonctionne. Ces centres sont bien gérés et donnent toutes les garanties de sécurité. C’est un modèle en Europe », s’indigne Mgr Nunzio Galantino, secrétaire général de la Conférence des évêques d’Italie. Les Sprar seront à l’avenir uniquement réservés à l’accueil des mineurs non accompagnés et aux immigrés bénéficiant du statut de réfugiés.

Les demandeurs d’asile seront donc regroupés dans de grands centres d’accueil, les efforts de répartition sur le territoire pour favoriser l’intégration étant réservés aux mineurs isolés et aux réfugiés reconnus.

En matière de sécurité, le texte prescrit la généralisation de l’utilisation des pistolets électriques, y compris au sein de la police municipale, et favorise l’évacuation des bâtiments occupés en supprimant l’obligation de proposer un hébergement provisoire aux personnes vulnérables.

Très discuté dans la presse depuis plusieurs semaines, le texte faisait avant son approbation l’objet de critiques, y compris au sein du Mouvement 5 étoiles (mouvement « antisystème »), allié gouvernemental de la Ligue du Nord.

Mgr Nunzio Galantino a par exemple critiqué le fait qu’immigration et sécurité soient traitées dans un même texte. « Cela signifie que l’immigré est déjà jugé en raison de sa condition et qu’il est déjà considéré comme un danger public, quel que soit son comportement. C’est un mauvais signe », a-t-il regretté.

 

Avec AFP

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer