Trump et Rohani

Trump et Rohani à l’ONU : deux visions du monde s’affrontent

Sans grande surprise, Donald Trump et Hassan Rohani ont échangé menaces, insultes et virulentes critiques mardi lors de leurs interventions respectives à la tribune des Nations unies, le premier promettant de nouvelles sanctions contre Téhéran, qu’il accuse de détenir « les armes les plus dangereuses de la planète », et le second laissant entendre que son homologue américain souffrirait d’un « déficit d’intelligence » dans la compréhension des enjeux complexes de la politique internationale et du multilatéralisme.

« Les dirigeants iraniens sèment le chaos »

Le président américain Donald Trump a profité de sa tribune devant l’Assemblée générale annuelle des Nations unies, à New York, pour consacrer une intervention particulièrement virulente à l’encontre de l’Iran, bien qu’il n’ait pas non plus épargné le Venezuela. Il a ainsi tenu à dénoncer la « dictature corrompue » au pouvoir à Téhéran, qui a été la cible principale de ses invectives. « Les dirigeants iraniens sèment le chaos, la mort et la destruction », a ainsi déclaré Donald Trump dans un discours de 35 minutes. « Ils ne respectent ni leurs voisins, ni les frontières, ni les droits souverains des Etats. »

M. Trump a aussi annoncé que d’autres sanctions seraient mises en oeuvre après celles qui seront rétablies le 5 novembre et qui portent notamment sur les produits pétroliers iraniens. Accusant l’Iran de mener une politique agressive au Moyen-Orient, le milliardaire républicain a appelé les autres nations à isoler le gouvernement iranien. « Nous appelons les pays qui importent du brut iranien à fortement réduire leurs achats » et « à isoler le régime iranien tant que son agression se poursuit », a asséné M. Trump. Avant de monter à la tribune, il a aussi déclaré à la presse qu’il n’envisageait aucun entretien avec les dirigeants iraniens tant que ces derniers n’auraient pas « changé de disque ».

« La sécurité ne peut pas être le jouet de la politique intérieure américaine »

Hassan Rohani n’a pas tardé à lui opposer une vive réplique. S’exprimant à la même tribune peu de temps après, le président iranien s’en est pris vivement à la décision de Trump, annoncée en mai dernier, de dénoncer et de se retirer de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, laissant entendre que les initiatives du président américain de retirer les Etats-Unis d’accords ou d’organismes internationaux relevait d’un trouble caractériel. Dénonçant « la position absurde » de son homologue américain, Rohani a déclaré que « la sécurité ne peut pas être le jouet de la politique intérieure américaine ». Il a également accusé les Etats-Unis de vouloir « renverser » le régime de Téhéran malgré les propositions iraniennes d’établir un dialogue, et a qualifié de « terrorisme économique » le rétablissement des sanctions par Washington : « Ce que dit l’Iran est clair : pas de guerre, pas de sanctions; pas de menaces, pas d’intimidation. Il suffit d’agir conformément à la loi et au respect des engagements. Nous soutenons la paix et la démocratie dans l’ensemble du Moyen-Orient. »

Multilatéralisme contre unilatéralisme

« S’en prendre au multilatéralisme n’est pas un signe de puissance. Il s’agit plutôt d’un symptôme de déficit d’intelligence [car] cela trahit une incapacité à comprendre un monde complexe et interconnecté », a martelé le président iranien M. Rohani.

En plus de s’en prendre à l’Iran ou au Venezuela, Donald Trump, qui a relevé les droits de douane pour 250 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis, a reproché à Pékin ses pratiques commerciales. Aucune mention n’a en revanche été faite par le chef de l’Etat américain concernant l’ingérence de la Russie dans la guerre en Syrie et son immixtion présumée dans les élections américaines.

Prenant le contre-pied de son homologue américain lorsque ce fut son tour de monter à la tribune, le président français, Emmanuel Macron, a mis en garde contre « la loi du plus fort » et l’unilatéralisme. Marquant son désaccord avec les prises de position du président américain, Emmanuel Macron a affirmé que « cette voie, celle de l’unilatéralisme, nous conduit directement au repli et au conflit. La responsabilité de la paix ne se délègue pas, ne se refuse pas, ne se préempte pas. Elle s’exerce collectivement », a dit Emmanuel Macron.

Dans l’ensemble, l’intervention de Donald Trump a été accueillie par le silence des dirigeants et des diplomates. Parfois, il s’est même attiré les rires des officiels présents à l’Assemblée générale. Le locataire de la Maison Blanche a ainsi profité de son intervention pour affirmer que l’oeuvre qu’il avait accomplie depuis sa prise de fonction était la plus grande jamais entreprise par ses prédécesseurs dans l’histoire. Une réflexion qui a été accueillie par un murmure amusé et rieur parmi les dirigeants de la communauté internationale.

L’affrontement entre les deux puissances iranienne et américaine devrait se poursuivre ce mercredi. Donald Trump a convoqué une réunion du Conseil de sécurité sur l’Iran qu’il présidera lui-même. Elle sera suivie d’une conférence de presse du dirigeant iranien.

Avec agences

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer