Tunisie : Le chemin du développement passe par la recherche et l’innovation....

Tunisie : Le chemin du développement passe par la recherche et l’innovation. « L’adoption d’une nouvelle politique d’innovation, capable d’assurer un meilleur positionnement pour la Tunisie au niveau de l’économie du savoir et de la création de la valeur est une priorité »

0
PARTAGER

Telle est la résolution du ministre de l’Industrie et du Commerce, Zied Laadhari. Participant à un atelier qui se tient actuellement à Tunis sur « La promotion de l’innovation par le biais des écosystèmes de transfert de technologie en Tunisie et en Algérie », le ministre a expliqué ses intentions par le fait qu’un certain nombre de questions préoccupaient actuellement le pays, comme la situation économique, les problèmes de chômage des jeunes diplômés, encore élevé 5 ans après la révolution, particulièrement dans les régions intérieures, et que donc, la volonté d’aller au-delà des « solutions classiques » pour y remédier s’impose. « Il est temps de s’orienter vers une économie du savoir tirée par l’innovation, la technologie et la recherche scientifique afin d’offrir l’emploi qualifié aux diplômés », a déclaré Zied Laadhari, soulignant la nécessité d’aller vers un nouveau modèle de développement et de conjuguer les efforts de tous avec les autorités pour lancer prochainement une nouvelle stratégie industrielle à l’horizon 2030. Ces questions impliquent de nombreux acteurs de l’enseignement supérieur en Tunisie, ainsi que les milieux de la recherche scientifique, de la technologie et le milieu industriel, c’est pourquoi le ministre a insisté sur un rapprochement de ces entités afin d’orienter la recherche scientifique vers la valorisation, et donc, à terme de promouvoir l’innovation, ce qui permettrait à la Tunisie de recouvrer une compétitivité à l’échelle mondiale. En effet, selon le classement «Compétitivité globale» 2015-2016 élaboré par le Forum économique mondial, la Tunisie est classée 92e sur 140 pays, perdant cinq places par rapport à l’an dernier. Le pays obtient un peu plus de la moyenne avec une note de 3,93 sur 7. Cette démarche est donc décisive pour ajuster la compétitivité de la Tunisie sur l’attraction de l’investissement dans cette conjoncture économique morose.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire