Virginia Beach

Un restaurant tunisien dans la station balnéaire de Virginia Beach, aux Etats-Unis, suscite l’engouement

Le journal américain The Virginian-Pilot rapporte qu’un nouveau restaurant tunisien a ouvert ses portes à Virginia Beach dans le quartier de Lynnhaven. Spécialités à base d’agneau et de fruits de mer, plats épicés et préparations traditionnelles y sont au menu pour le plus grand plaisir des riverains.

« La cuisine tunisienne est tout : c’est le monde ! », écrit ce journal américain visiblement séduit par nos préparations culinaires. Baptisé « Carthage Mediterranean », le restaurant propose toutes les pièces maîtresses qui composent notre cuisine, dont le kafteji, des préparations à base de shawarma, des crêpes épicées ou encore des plats à base d’agneau à la tomate. Un large éventail de variétés culinaires qui fascine les clients et fait dire à l’auteur de l’article que la cuisine tunisienne est un mix impressionnant d'”influences culturelles romaine, arabe, turque, espagnole, italienne ou encore française”.

« En pénétrant dans ce restaurant aux couleurs terre et à tables nappées, vous serez presque toujours accueillis par Hichem Boudhina », raconte le journal. Celui-ci, toujours coiffé de fez, gérait plusieurs pizzerias à Hampton Roads (sud-est de la Virginie) depuis son arrivée il y a 18 ans et avant de créer un restaurant consacré à sa Tunisie natale. Dans la cuisine, les chefs Issam Gmili et Faten Boudhina, autrefois restaurateurs dans la capitale tunisienne, confectionnent chaque jour du houmous, de la pâte de harissa épicée ou encore des saucisses de merguez.

« Lors de votre première visite, vous pourriez être tenté de contourner le menu volumineux et d’opter à la place pour les plats exposés au buffet qui domine la partie droite du restaurant. C’est abordable et ça comprend des spécialités comme le curry d’agneau, le poulet rôti, le couscous cuit à la vapeur sur un bouillon de légumes, et une multitude de salades aux saveurs provenant de Méditerranée et du Moyen-Orient », soutient le journal américain.

Ommek Houria : « Une meveille magnifiquement piquante »

Parmi les salades proposées par le restaurant, la célèbre « omek houria » (4,99 dollars à la carte), décrite comme « une merveille magnifiquement piquante avec un [zeste] d’ail, de vinaigre et d’épices et garnie de thon et de persil ». Il en est de même pour la salade mechouia, cette préparation « de poivrons verts grillés au feu de bois, parfaite comme garniture pour le pain tabouna fabriqué au four d’argile ». Le buffet offre généralement au moins une version de tajine (5,99 dollars à l’apéritif), que le journal dépeint comme « un confort homestyle désarmant ».

Le service à la carte semble toutefois l’emporter sur le buffet, selon l’auteur de l’article. « L’ojja (5,99 à 7,99 dollars), en particulier, est un spectacle réconfortant avec ses œufs cuits sur de l’huile d’olive mêlée d’épices, sa préparation à base de tomates et ses merguez assortis de fruits de mer et garnis de coriandre fraîche. »

Et de surenchérir sur le sandwich à base de kafteji, cette « omelette de légumes et d’œufs recouverts de deux oeufs dont le jaune mi-cuit se répand moelleusement comme un condiment, le tout enveloppé dans un pain tabouna grillé. Ce mélange à la fois moelleux et croustillant qui caractérise le kafteji fait paraître les Anglais, avec leur brekkie-happy, comme des rank amateurs [expression ironique utilisée pour désigner des amateurs inexpérimentés qui ne font pas le poids] ».

Le menu comprend aussi de copieux currys d’agneau et de légumes dont les notes dominantes sont la tomate, l’ail et des « tons chauds de cumin et de coriandre ». Chaque repas inclut, pour finir en beauté, un petit verre de thé tunisien (1,99 dollar), décrit comme « un mélange de thé rouge et vert légèrement acide avec, par-dessus, un flottement de pignons et de menthe ».

« On veut plus de harissa ! »

En revanche, la harissa préparée au “Carthage Mediterranean” n’est pas exactement celle que l’on connaît ici en Tunisie. Ce que regrette l’auteur de la chronique. Plus diluée, elle a été conçue pour être adaptée aux habitudes culinaires locales, étrangères aux assortiments épicés “de feu” de la gastronomie tunisienne. « On souhaite que les chefs nous fassent confiance », revendique le journal. Car « certains d’entre nous peuvent supporter la chaleur de ces plats épicés ! »

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer