Ma thèse en 180 secondes

Un Tunisien à la finale du concours Ma thèse en 180 secondes (MT180)

Il a su faire preuve d’un charisme à toute épreuve dans la présentation à un auditoire profane de son projet de recherche au contenu difficilement saisissable pour les non-initiés. Mohamed Aymen Ben Ouanes, doctorant de l’Université de Carthage, a remporté la finale nationale, organisée en Tunisie, du concours de vulgarisation scientifique « Ma thèse en 180 secondes » (MT180). Cette année, les finales nationales ont été organisées dans treize pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Europe centrale et orientale. Les treize lauréats, parmi lesquels M. Ben Ouanes, participeront à la finale internationale du concours le 27 septembre 2018 à Lausanne en Suisse.

L’exercice est loin d’être simple, car les doctorants doivent présenter à un auditoire profane mais averti les grandes lignes de leur sujet de recherche en termes simples mais néanmoins appropriés à la technicité de leur projet. Il s’agit de faire en trois minutes un exposé clair et convaincant dans le cadre d’une sorte de représentation scénique où l’art oratoire entre également en considération.

Le jeune homme a déclaré à l’Agence universitaire francophone (AUF), partenaire du concours, avoir voulu, en participant à ce concours, « tester [ses] capacités à parler en public devant un auditoire qui ne soit pas forcément constitué de spécialistes, et s’efforcer de le convaincre ou du moins de susciter son intérêt ou sa curiosité pour une question pourtant strictement scientifique ».

Le finaliste explique avoir appréhendé les épreuves de la finale nationale avec beaucoup de doute, « surtout que les thèses présentées et défendues par les participants étaient d’un haut niveau ». « Après la proclamation des résultats, j’ai éprouvé un grand soulagement de voir mes efforts couronnés de succès, notamment en pensant à la perspective de représenter mon pays, la Tunisie, dans cette compétition internationale à Lausanne », s’est-il réjoui.

Quatre exercices en un

« Présenter une thèse aussi ardue que la mienne en trois minutes, c’est un défi », a-t-il raconté à l’AUF. Il lui a en effet fallu concevoir une démarche de vulgarisation convaincante, « une stratégie qui doit à la fois ‘plaire et instruire’, comme dans le théâtre classique ». « J’ai donc dû rédiger un texte où l’on trouvait une certaine théâtralité. Puis, j’ai dû apprendre à jouer à la fois le pédagogue (pour la clarté du discours), l’orateur (pour la qualité de la diction), l’acteur (pour les gestes et la présence sur la scène) et finalement le metteur en scène (pour une harmonisation entre ces différents actants). »

Une performance qu’il va devoir renouveler différemment devant un nouveau public et face à des concurrents venus de tous les coins du monde. Pour se préparer au mieux à la finale, le Tunisien a affirmé qu’il comptait participer à une nouvelle session de formation en art scénique et en communication organisée par l’Université de Kairouan. « Je vais donc procéder à des optimisations de mon discours, par des séances de répétition dans différents endroits et à différentes heures afin que je parvienne à être performant le jour de la finale internationale à Lausanne. »

Biographie

Mohamed Aymen Ben Ouanes est doctorant en 3e année de thèse en mécanique appliquée à l’Ecole Polytechnique de Tunisie et en électronique et systèmes embarqués à l’Université Paris-Est.
Diplômé en 2015 de l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sousse en ingénierie mécatronique, il a participé à la réalisation de nouveaux dispositifs innovants dans le cadre de clubs, une démarche qui lui a valu en cette même année de décrocher le 1er prix à l’échelle nationale au concours 24 heures de l’innovation.
Actuellement, il travaille, dans le cadre de sa thèse, sur la récupération de l’énergie vibratoire ambiante en espérant pouvoir l’élargir un jour à des applications industrielles.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer