Une-diplomatie-pour-la-paix-dans-le-monde-et-le-développement-national

Une diplomatie pour la paix dans le monde et le développement national : Un hommage à nos ainés

Dans le cadre de la lutte pour la libération de la base navale de Bizerte, la diplomatie tunisienne a œuvré sans compter pour apporter le soutien international à sa cause, tant au niveau du Conseil de Sécurité que sur les plans maghrébin, africain, et international. Ces efforts furent couronnés par l’évacuation des troupes étrangères du territoire tunisien et le parachèvement de son indépendance et la concrétisation de sa souveraineté sur tout son territoire national.
Appuyant les efforts des Nations Unies, la Tunisie a participé à dix neuf missions de maintien de la paix dans le monde ayant intéressé les zones en conflit en Asie, en Afrique et ailleurs. Ses représentants ont conduit des missions des Nations Unies dans plusieurs régions du Monde. La diplomatie tunisienne a perdu l’un de ses brillants fils, Feu Hédi Ennabi, qui conduisait la mission de l’ONU en Haïti.
Kamel Morjane a été choisi par le Secrétaire Général des Nations Unies pour conduire la Mission des Nations Unies au Congo(MONUC), Mahmoud Mestiri a représenté le Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afghanistan, Mongi Hamdi a représenté les Nations Unies, au Mali. D’illustres diplomates tunisiens ont assuré la direction d’organisations internationales et régionales dont notamment Mongi Slim qui a présidé l’Assemblée Générale des Nations Unies, Habib Chatti qui a assuré le Secrétariat Général de l’Organisation de la Conférence Islamique et Chédli Klibi, en qualité de Secrétaire Général de la Ligue des Etats Arabes.
Nos plénipotentiaires ont contribué à la solution des crises qui ont secoué notre région dont notamment la mission de réconciliation entre l’OLP et la Jordanie, suite à la « crise de septembre noir » qui fut conduite par Feu Béhi Ladgham alors Premier Ministre. Azzouz Ennifer dirigea une mission en Erythrée et en Ogaden, et les performances se poursuivent marquant la réussite de notre action diplomatique dans le monde.
La défense de la cause tunisienne, suite à l’agression israélienne à Hammam Chatt, a vu la diplomatie tunisienne marquer sous la conduite de Béji Caied Essebsi, alors Ministre des Affaires Etrangères, une brillante victoire au Conseil de Sécurité, consacrée par la condamnation sans équivoque d’Israël, fait rare, dans le cadre de cette instance qui a généralement ménagé ce pays.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer