France

Violences à Tripoli : l’Italie accuse la France d’en être responsable

L’Italie, par la voix de son ministre de l’Intérieur, accuse une nouvelle fois la France d’être responsable du chaos libyen, alors que la capitale Tripoli est en proie à des affrontements meurtriers entre milices armées depuis une semaine. « L’Italie doit rester acteur du processus de stabilisation en Méditerranée. Je suis personnellement disponible pour courir quelques risques et y retourner bientôt », a ainsi déclaré mardi 4 septembre Matteo Salvini sur son compte Twitter. C’est bien à Tripoli que le ministre italien se dit prêt à se rendre, après que la mission de l’ONU en Libye a annoncé le même jour qu’un accord de cessez-le-feu a été obtenu des groupes armés.

Dans un message vidéo publié sur son compte personnel, M. Salvini a également déclaré que, « évidemment, il y a quelqu’un derrière [ces affrontements]. Cela n’arrive pas par hasard. Ma crainte, c’est que quelqu’un, pour des motifs économiques nationaux, mette en danger la stabilité de toute l’Afrique du Nord et par conséquent de l’Europe ». Ces accusations à peine voilées concernent, selon les médias français, surtout l’Hexagone et sa « politique belligérante en Libye ». « La pique dirigée contre l’ancien président français Nicolas Sarkozy est à peine camouflée », pointe France 24. Le ministre italien a en effet déclaré penser « à quelqu’un qui est allé faire la guerre alors qu’il ne devait pas la faire ». Visant manifestement les dirigeants actuels de la France, le vice-président du Conseil italien a également dit penser « à quelqu’un qui fixe des dates pour les élections sans prévenir les alliés, l’ONU et les Libyens ».

Lundi, la ministre italienne de la Défense, Elisabetta Trenta, avait elle aussi évoqué « une responsabilité » de la France en raison de son rôle déterminant dans l’intervention militaire multinationale contre le régime du « guide » libyen Mouammar Kadhafi en 2011. « Il est indéniable qu’aujourd’hui ce pays [la Libye] se retrouve dans cette situation parce que quelqu’un, en 2011, a privilégié ses intérêts », a écrit sur Facebook la ministre. La Péninsule, qui s’était opposée à l’intervention militaire en 2011, a régulièrement attribué à l’initiative « belliqueuse » de la France le chaos libyen et les vagues migratoires que celui-ci a initiées depuis lors.

Divergences de vue

Ces charges de critiques à l’adresse de la France trouvent leur racine dans des rancoeurs historiquement entretenues par une lutte d’influence entre ces deux anciennes puissances coloniales qui se disputent le contrôle du pourtour méditerranéen. France 24 évoque ainsi un « ressentiment largement répandu en Italie », y compris contre la politique française en Libye, celle-ci étant « un pays que Rome voit traditionnellement comme la porte d’entrée de son influence » dans la zone méditerranéenne. Et depuis l’opération militaire en Libye menée par la France en 2011, « l’administration italienne craint de voir les intérêts français – et surtout ceux de l’entreprise Total – supplanter ceux des Italiens », analyse encore la chaîne d’information française.

Les divergences de vue entre Rome et Paris concernent également la politique de stabilisation à mener sur le long terme en Libye et entretiennent un climat de tension qui fait craindre, en regard de ce qui ressemble de plus en plus à une compétiton entre les deux voisins européens, qu’elles ne finissent par envenimer davantage la situation libyenne. Parmi les désaccords figure la tenue d’élections nationales en décembre prochain, que plusieurs analystes jugent improbables et surtout inaptes à résoudre le conflit.

La ministre de la Défense Trenta avait ainsi insisté sur la non-urgence d’une tenue rapide d’élections lors de sa visite en Libye en juillet. « Nous ne croyons pas qu’une accélération du processus électoral puisse apporter une quelconque stabilité ». « La Libye a surtout besoin de réconciliation, de sécurité et d’un travail politique », avait-elle estimé.

Côté français, certains partagent l’avis de la ministre italienne. Cédric Perrin, sénateur français et co-auteur d’un rapport sur la Libye publié en juillet 2018, considère ainsi précipité l’agenda pour la tenue des élections fixé pour la fin de l’année. Aujourd’hui, les élections « c’est plus pour faire plaisir au président français que pour régler le problème libyen », a-t-il  déclaré à la radio RFI, en soulignant que « vouloir tout, tout de suite, c’est la certitude d’échouer ». Interrogé par France 24, l’enseignant-chercheur à Paris VIII Jalel Harchaoui, a lui aussi estimé qu’« en réalité, il n’y a pas de stratégie française. Paris ne fait que répéter les mêmes phrases vides de sens et déconnectées de la réalité », en nourrissant un « espoir aveugle dans les élections ».

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer