jihadistes

Washington Post : « Après la crainte du retour des jihadistes en Tunisie, la menace de ceux qui ne sont jamais partis »

Il y a quelques années, des milliers de jihadistes tunisiens ont afflué sur les champs de bataille d’Irak, de Libye et de Syrie pour rejoindrel’Etat islamique (EI) et al-Qaïda, constituant le premier contingent étranger au sein de ces groupes jihadistes armés. Depuis, les autorités tunisiennes et occidentales ont craint leur retour et le possible chaos qui pourrait s’ensuivre.

Si ces craintes ne se sont pas concrétisées, comme l’ont avancé les autorités tunisiennes et des analystes régionaux, celle du danger que représentent les militants qui n’ont jamais quitté le territoire se fait de plus en plus vivace. L’EI et al-Qaïda recrutent en effet parmi la nouvelle génération de militants locaux pour qu’ils organisent des attaques terroristes là où ils se trouvent, dont une en juillet près de la frontière algérienne, qui a fait six morts parmi les membres des forces de sécurité tunisiennes. Sudarsan Raghavan, analyste politique et directeur du bureau du Caire du Washington Post, affirme dans une tribune publiée dans le même journal américain que les attaques jihadistes perpétrées ces derniers temps et celles redoutées dans l’avenir ne sont autres que le produit local de l’idéologie jihadiste transnationale qui a réussi à s’implanter au sein d’une certaine frange marginalisée de la population tunisienne. Car « la majorité des Tunisiens qui ont survécu en Libye et en Syrie ne sont en réalité pas revenus », dit-il en citant Matt Herbert, associé chez Maharba, société de conseil en sécurité basée à Tunis. Aujourd’hui, on estime qu’environ 800 combattants jihadistes sont rentrés en Tunisie et que la grande majorité d’entre eux est incarcérée. Parmi les quelque 200 militants appartenant à l’EI ou à al-Qaïda qui opèrent dans les montagnes, très peu sont des rapatriés de Libye et de Syrie selon les observateurs.

Au moins 5500 Tunisiens se sont rendus ces dernières années en Irak, en Libye et en Syrie pour rejoindre l’EI et al-Qaïda, selon les estimations de l’ONU. Mais parmi ceux qui se sont rendus en Libye, beaucoup ont trouvé la mort fin 2016 dans leur lutte pour reprendre Syrte, la prétendue capitale de l’EI en Afrique du Nord, ainsi que dans la bataille qu’ils ont tenté d’engager dans la ville frontalière tunisienne de Ben Guerdane, rappelle aussi le spécialiste de la région MENA du Washington Post. Idem pour les jihadistes qui sont allés en Syrie et en Irak, les survivants des combats se trouvant actuellement, selon les analystes, au sein des poches de militants de l’EI qui se tiennent dans l’est de la Syrie ou dans des prisons syriennes. « Certains se cachent probablement. D’autres se sont réfugiés en Libye pour rejoindre la filiale locale de l’EI, ou ont peut-être rejoint une autre branche de l’organisation jihadiste dans le nord de la péninsule du Sinaï en Egypte », ajoute l’article du quotidien américain.

Le danger des militants locaux

Bien que l’attrait idéologique de l’EI et d’al-Qaïda semble s’être essoufflé dans de nombreuses régions du pays à mesure que l’EI perdait du terrain sur le territoire qu’il a réussi à occuper dans le Levant, diplomates et analystes estiment que l’actuelle crise socio-économique post-révolutionnaires suscite du ressentiment, en particulier chez les jeunes Tunisiens, permettant ainsi à l’EI de passer de la structure proto-étatique qu’il a réussi à instaurer à une organisation tentaculaire et informe opérant sur la base de cellules dormantes éparpillées et parfois difficiles à localiser par les services de renseignement.

En Tunisie, une grande partie du recrutement opéré par l’EI et AQMI, principaux groupes actifs dans les zones périphériques, a lieu dans les montagnes pauvres du sud-ouest, le long de la frontière avec l’Algérie. Un état de fait prévisible car il a été prouvé que l’appauvrissement et les crises socioéconomiques sont l’un des meilleurs carburants du terrorisme. « La Tunisie est un pays de recrutement » pour les groupes jihadistes, a ainsi déclaré Michael Ayari, analyste principal en Tunisie pour l’International Crisis Group cité par le Washington Post. Hatem Hwawi, enseignant et blogueur de Jendouba, a lui déclaré que la plupart des habitants de la région menaient des vies difficiles et se sentaient marginalisés par le gouvernement, « ce qui les rend sensibles aux appels des militants jihadistes ». « Les autorités tunisiennes créent un sol fertile pour les terroristes, soit en marginalisant les forces de sécurité, soit en marginalisant les populations économiquement », a-t-il fait valoir. M. Hwawi, qui a déclaré avoir aidé à transporter les soldats blessés à l’hôpital, les a décrits comme « mal équipés, armés de fusils vétustes et habillés de chaussures en mauvais état ».

Selon des analystes locaux cités par le Washington Post, l’attaque de juillet, revendiquée par al-Qaïda, était destinée à montrer que les militants sont toujours là, prêts à exécuter les ordres d’attaque, constituant ainsi une force aussi mobilisable qu’auparavant. « Les groupes qui opèrent encore dans les montagnes à l’ouest ont beaucoup de compétences », a expliqué Matt Herbert. « Ils semblent avoir pris de l’ampleur au cours des deux dernières années et affichent beaucoup de résistance face aux tentatives tunisiennes de mettre fin à ce conflit. »

Les autorités tunisiennes ont toutefois déclaré avoir progressé dans la lutte contre le militantisme local, notant la diminution des attaques à l’échelle nationale. Parmi les raisons expliquant ce succès, l’aide financière et technique des Etats-Unis, qui ont fourni des dizaines de millions de dollars pour renforcer la sécurité à la frontière libyenne. Les forces de sécurité anti-terroriste en partie formées par les Etats-Unis démontrent aujourd’hui plus d’efficacité dans la collecte de renseignements et la pénétration et le démantèlement de cellules agissantes. « Mais les analystes sont préoccupés par les forces qui ne comprennent pas d’agents d’élite, telles que la police et les gardes-frontières. Ces derniers seraient à la fois moins formés, plus corrompus et corruptibles » et mal équipés, souligne le journal américain.

Le défi de la gestion carcérale des jihadistes

Une autre préoccupation concerne le potentiel de radicalisation des personnes détenues dans les prisons tunisiennes, où de nombreux extrémistes partagent des cellules avec des criminels de droit commun. « C’est vraiment inquiétant, car il y a une énorme population d’individus dans ces prisons véritablement surpeuplées. Ces individus planifient leurs prochaines actions stratégiques chaque fois qu’ils sont libérés de prison », a déclaré au Washington Post Aaron Zelin, expert des groupes jihadistes à Washington et auteur d’un livre à paraître sur l’histoire du jihadisme tunisien.

Or l’Etat tunisien, a-t-il ajouté, n’a pas mis en place de programmes de réinsertion adéquats pour les anciens militants jihadistes. « Donc, il est probable que s’ils sont libérés, ils reviendront simplement à leurs anciennes habitudes avec l’EI ou al-Qaïda, en fonction de leur affiliation au moment où ils ont été incarcérés. »

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer