combats

Au Yémen, combats meurtriers à Hodeïda, plus grand port du pays

Des combats particulièrement violents font rage ce lundi 12 novembre dans la ville portuaire d’Hodeïda où au moins 111 rebelles, 32 loyalistes et 7 civils ont été tués en vingt-quatre heures dans les combats pour le contrôle de cette ville portuaire de l’ouest du Yémen, ont rapporté lundi à l’AFP des sources militaires et médicales.

Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne accentuent la pression sur l’Arabie saoudite afin que la coalition menée sous son commandement dans ce pays mette rapidement fin aux hostilités. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a alerté lundi sur les conséquences d’une éventuelle destruction du port de la ville. « Si à Hodeïda, il y a une destruction du port, ça peut engendrer une situation absolument catastrophique », a-t-il prévenu, en rappelant, lors d’un entretien à France Inter, que le Yémen se trouve déjà dans une situation humanitaire « désastreuse ».

Les rebelles houthistes, assiégés, opposent une vive résistance dans certains quartiers d’Hodeïda à la progression des forces progouvernementales, a expliqué une source militaire loyaliste citée par l’AFP. A l’intérieur de la ville, les houthistes venus du nord du pays, sont appuyés par l’Iran et tiennent aussi la capitale, Sanaa. Autour, les forces progouvernementales sont soutenues dans les airs par l’Arabie saoudite et au sol par les Emirats arabes unis.

Une source de la coalition antirebelles a expliqué que les houthistes avaient repoussé une offensive loyaliste en direction du port. La coalition a, de son côté, visé les rebelles avec de multiples frappes aériennes, selon des sources militaires loyalistes. Dans la nuit, des corps brûlés ont été amenés à l’hôpital militaire Al-Alfi, contrôlé par les rebelles depuis 2014, ont communiqué des sources de cet établissement.

L’inquiétude grandit notamment en raison de la situation des civils, des combats de rue ayant éclaté dimanche dans un quartier résidentiel de l’est de Hodeïda. « La situation est vraiment mauvaise », a déclaré à l’AFP Mariam Aldogani, coordinatrice des opérations de terrain de l’organisation humanitaire Save the Children à Hodeïda. Selon elle, les installations médicales « reçoivent un nombre croissant de civils blessés ».

Washington, Londres et Paris appellent à la négociation

Tour à tour, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, et son homologue britannique, Jeremy Hunt, ont estimé que le temps des négociations était venu. Lors d’un entretien dimanche avec le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane, également ministre de la Défense, M. Pompeo a explicitement appelé à « la fin des hostilités » au Yémen, demandant que « toutes les parties viennent à la table pour négocier une solution pacifique au conflit ».

L’administration républicaine de Donald Trump, visiblement sous la pression du Congrès, a confirmé l’annonce samedi par Riyad que la coalition conduite par les Saoudiens au Yémen allait désormais assurer elle-même le ravitaillement de ses avions, effectué jusqu’ici par les Etats-Unis.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a exhorté lundi la « communauté internationale » à « arrêter les frais » dans le pays. Soulignant la tenue prochaine d’une réunion « importante » sur le Yémen en Suède, dont la date n’a pas été fixée, le chef de la diplomatie française a appelé les parties prenantes à « mettre en œuvre un processus qui commence par le cessez-le-feu, par l’accès à l’aide humanitaire et qui se poursuit par un règlement politique ». « Il n’y aura pas de vainqueur dans cette guerre. Donc, il faut arrêter les frais », a ajouté le ministre, qualifiant le conflit de « sale guerre ».

De son côté, Jeremy Hunt a évoqué le coût humain « incalculable » de la guerre yéménite, estimant que sa résolution ne pourrait être assurée que grâce à une « solution politique ». Le ministre britannique, qui doit être reçu au plus haut niveau lundi en Arabie saoudite, est favorable à une « nouvelle action » au Conseil de sécurité pour soutenir les efforts du médiateur de l’ONU au Yémen, Martin Griffiths, qui cherche à organiser de nouvelles négociations « d’ici à la fin de l’année ».

Pire crise humanitaire au monde

L’offensive des forces progouvernementales sur Hodeïda avait été lancée en juin, mais elle s’est nettement intensifiée depuis le 1er novembre, provoquant au moins 592 morts jusqu’ici (460 rebelles, 125 loyalistes et 7 civils), selon des sources militaires et médicales. Hodeïda, grande ville de l’ouest du Yémen sur la mer Rouge, revêt une importance stratégique : elle est le point d’entrée de plus des trois quarts des importations et de l’aide humanitaire internationale dans ce pays en proie à une guerre sanglante. Le Yémen est toujours rongé par ce qui est considéré par l’ONU comme la pire crise humanitaire au monde. Quatorze millions de personnes sont, désormais, au bord de la famine.

N.B., avec AFP

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer