chef du gouvernement
TunisieNumerique

Présidentielle 2019 : Youssef Chahed à Zaghouan et Siliana

En déplacement dans le cadre de sa campagne électorale dans le gouvernorat de Siliana, Youssef Chahed, candidat du mouvement Tahya Tounes, a déclaré qu’il comptait créer, dans les plus brefs délais, des usines dans la région pour absorber le chômage des jeunes.

S’adressant à ses partisans lors d’une réunion, M. Chahed a souligné le « grand potentiel économique » du gouvernorat de Siliana, qui pouvait faire de lui un pôle touristique important. Le chef du gouvernement a promis de diversifier l’économie de Siliana en accroissant les investissements dans cette zone, en offrant une meilleure rétribution aux femmes rurales dont la contribution à la vie économique locale est sous-estimée, et en accordant des incitations en faveur des jeunes entrepreneurs.

Ce déplacement a toutefois été émaillé de troubles pour le Premier ministre. L’agence TAP rapporte en effet que de jeunes chômeurs en colère se sont rassemblés devant les locaux où s’est déroulée la réunion. Ils ont tenté de s’y introduire avant d’en être empêchés par les partisans de Tahya Tounes. Des « différends » ont ensuite éclaté entre les deux parties, a rapporté un journaliste de la TAP présent au moment des faits. Plus tôt dans la journée, Youssef Chahed s’était rendu dans le gouvernorat de Zaghouan, où, là aussi, la colère des habitants a été palpable, a également constaté la TAP. Plusieurs citoyens ont brandi des pancartes indiquant « Dégage », selon le correspondant de l’agence de presse.

Police de proximité et lutte renforcée contre la corruption

Lors d’un meeting tenu à Tunis début septembre, Youssef Chahed, qui a délégué temporairement ses fonctions à Kamel Morjane, son ministre des Affaires publiques, est revenu sur son bilan. Pour lui, son expérience « le démarque de beaucoup d’autres » candidats à la présidentielle, comme l’écrit Jeune Afrique. Le Premier ministre a jugé que certains « obstacles », comme la corruption, l’ont entravé dans l’exercice du pouvoir. Le candidat de Tahya Tounes a promis de les surmonter, assurant avoir été l’objet d’une « guerre » visant à empêcher son opération « mains propres ».

Concernant son programme, M. Chahed a dit souhaiter instaurer des partenariats économiques renforcés avec l’Algérie, basés sur des accords de libre échange, afin de poser les jalons d’un Maghreb arabe intégré. Mais si la diplomatie tunisienne doit s’atteler à ouvrir l’économie du pays aux marchés de l’Afrique et du Maghreb, elle doit toutefois veiller à ce que les relations historiques de la Tunisie, notamment avec l’Europe, soient maintenues et renforcées, a-t-il souligné.

Selon lui, les acteurs de la diplomatie culturelle doivent gagner en prérogatives, en mettant en place partout dans le monde des centres culturels mettant en valeur le patrimoine tunisien.

Sur le dossier sécuritaire, le Premier ministre a indiqué, lors du troisième débat présidentiel diffusé le 9 septembre sur la chaîne Wataniya 1, que des investissements dans l’armée seraient effectués. Le candidat souhaite aussi instaurer une « police de proximité » et des caméras de surveillance pour lutter contre les infractions de droit commun, en particulier celles visant les femmes et les hôpitaux. La lutte contre le crime organisé et le terrorisme, notamment par l’accroissement des moyens logistiques des services de sécurité et de renseignement, constituera une priorité en matière de défense nationale, a-t-il ajouté.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer